fbpx

Hatune Dugan, religieuse orthodoxe, parle des « loups » musulmans qui profitent de l’ouverture de l’Europe aux réfugiés

Hatune Dugan religieuse orthodoxe loups musulmans ouverture Europe réfugiés
 
Une religieuse orthodoxe syrienne, que les médias allemands qualifient de « Mère Teresa moderne », vient de mettre en garde contre la politique d’accueil des réfugiés en vigueur dans l’Union européenne. Elle permet aux « loups » d’entrer, a-t-elle assuré. Sœur Hatune Dogan a osé affirmer que les musulmans pratiquants représentent une menace pour le continent.
 
Sœur Hatune Dugan travaille depuis 26 ans en Syrie où elle vient en aide aux chrétiens et les Yézidis, particulièrement aux jeunes filles victimes de viols. Elle s’est rendue en Allemagne pour donner des conférences sur l’état du pays.
 
 « L’Europe a fait entrer les loups, les brebis sont toujours » en Syrie et en Irak, a-t-elle déclaré, précisant que les « loups » sont les migrants musulmans qui vivent en Europe et qui malgré des formations aux « valeurs européennes » et à l’intégration continuent de vivre selon le Coran. Les brebis, a-t-elle poursuivi, ce sont les minorités chrétiennes et yézidies dans les pays à domination musulmane : « les mères, les enfants et les orphelins qui n’ont pas assez d’argent » pour partir.
 

Une religieuse orthodoxe dénonce l’ouverture de l’Europe aux musulmans

 
« Je ne crois pas que les gens qui vivent (selon les valeurs du Coran) peuvent être bons pour nous », a-t-elle dit : « Pas moins de 79 versets appellent à tuer les infidèles. »
 
Rappelant que 96 % des habitants du Proche-Orient étaient chrétiens jusqu’au huitième siècle et que ce pourcentage dépasse aujourd’hui à peine les 6 %, elle a encouragé les hommes politiques à se « réveiller » et à se renseigner plus sérieusement sur les croyances des demandeurs d’asile.
 
Elle a souligné en particulier que les femmes dans les sociétés islamiques « n’ont pas de valeur ». « Elles ne sont là que pour le plaisir de l’homme, et ce d’autant plus qu’elles sont infidèles ». Évoquant des années de travail dans les pays musulmans, elle a raconté comment elle les a vues pleurer de leurs blessures aux seins et au sexe : « Toutes ces atrocités sont commises au nom d’Allah, pas depuis hier mais depuis des siècles. »
 

Les vrais réfugiés ? Les chrétiens victimes des « loups » du Coran, explique Hatune Dugan

 
Responsable d’une œuvre d’aide aux chrétiens, elle-même originaire de Turquie orientale et réfugiée à 14 ans en Allemagne avec sa famille, son père ayant été menacé de mort en raison de sa foi, elle est entrée en religion à l’âge de 18 ans. Lors de sa conférence, sœur Hatune a conté des histoires d’horreur qui lui sont rapportées à propos des djihadistes de l’Etat islamique, comme celle de bébés d’« infidèles » fracassés contre un rocher « jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de tête ». A ce moment-là un membre du public l’a suppliée d’arrêter son récit. Les terroristes sont « une image du passé de l’Allemagne elle-même », a proclamé cette femme, affirmant que les Allemands apprennent qu’ils doivent vivre avec les membres d’autres religions. Le politiquement correct et l’antiracisme ne supportent pas certains faits…
 
La religieuse devait alors mettre en garde son auditoire contre la fausse tolérance et la lâcheté : « La porte doit rester ouverte pour les authentiques réfugiés, mais pas pour ceux qui veulent révolutionner notre société. Si nous restons silencieux c’est tout notre avenir qui sera en ruines. »
 

Anne Dolhein