fbpx

Irak : des armes américaines entre les mains des milices chiites

Irak Etats-Unis armes milices chiites
 
Un rapport accablant publié le 8 janvier dernier par Bloomberg News révèle que « des armes américaines destinées à l’armée irakienne se retrouvent entre les mains des milices chiites du pays », ces milices alliées avec l’Iran et grandes ennemies des milices sunnites, à commencer par l’Etat islamique.
 
Certains officiels de l’administration Obama ont publiquement nié ces informations tandis que d’autres les ont confirmées à Bloomberg.
 

Des miliciens chiites sur des tanks américains

 
Le porte-parole de la Maison-Blanche a quant à lui déclaré que le gouvernement américain n’avait « aucune raison de penser que le gouvernement irakien permet la distribution de ces armes aux milices chiites ».
 
Bloomberg a pourtant publié une photo récupérée sur Facebook et montrant un milicien chiite, debout sur un tank américain de type Abrams drapé des couleurs du Hezbollah, le mouvement politique islamique et chiite libanais considéré comme une « organisation terroriste » par le gouvernement américain.
 
Mais un fonctionnaire anonyme a donné une explication à Bloomberg : « Le risque d’aider ces milices était moindre que celui de ne pas le faire. Ce qui ne veut pas dire que l’administration Obama n’était pas consciente des risques encourus. »
 

Les milices chiites achetées par les Etats-Unis au moment du “surge”

 
Le problème pourrait trouver une de ses causes dans la stratégie américaine du « surge », le déploiement de 30.000 soldats américains supplémentaires en Irak par George W. Bush en 2007. Les milices irakiennes – qui attaquaient les forces américaines pendant le début de l’invasion par les Etats-Unis – sont devenus ensuite les partenaires de ce même gouvernement, qui avait besoin d’acheter sa paix. Les Américains, conscients de leur incapacité à détruire ces milices avaient alors choisi de vivre avec : en les payant pour qu’elles cessent de se battre, ils lui ont donné les moyens de s’armer davantage.
 
A l’époque, ces arrangements avaient permis que cessent les attaques ; une paix factice s’était installée. Mais lorsque le gouvernement irakien a pris le relais après le départ des Etats-Unis, il a cessé de fournir les paiements qui achetaient la paix. La violence a immédiatement repris le dessus.
 

Stratégie du chaos : armer les deux camps

 
En substance, le succès du « surge » reposait sur des livraisons d’armes et d’argent aux milices chiites après 2007, ces mêmes milices qui s’étaient auparavant battues contre les soldats américains. Une fois l’aide américaine terminée, ces milices ne se sont plus senties redevables.
 
Aujourd’hui, les livraisons d’armes ont le même sens : les Etats-Unis préfèrent inciter ces milices à combattre l’Etat islamique plutôt que d’aider l’Irak à instaurer une paix durable et contenir l’Iran.
 

Des armes américaines pour tous en Irak

 
Mais il y a un problème majeur : les armes américaines se retrouvent également entre les mains de l’Etat islamique et d’autres milices djihadistes sunnites en Syrie.
 
La stratégie est connue : armer les deux camps pour que règne le chaos.