fbpx

Multiplication inquiétante des accusations de blasphème au Pakistan

multiplication inquiétante accusations blasphème Pakistan
 
Régulièrement dénoncée, la loi contre le blasphème qui s’applique au Pakistan est prétexte à de nombreuses fausses accusations. En 2014, 1.400 cas de blasphème ont été enregistrés dans le pays, une multiplication inquiétante qui préoccupe de nombreuses associations.
 
Selon les données, quelque 800 cas de blasphème ont été enregistrés à l’encontre de musulmans « et ceci devrait faire réfléchir les musulmans eux-mêmes, lesquels devraient se mobiliser contre l’abus de cette loi » ont expliqué les participants d’un récent séminaire dédié à ce thème.
 
Les chrétiens, minorité au Pakistan, sont régulièrement victimes de fausses accusations de blasphème comme le montre le cas très médiatisé d’Asia Bibi, cette mère de famille condamnée à mort après avoir été faussement accusée de blasphème par des voisines musulmanes.
 

Les accusations de blasphème frappent de plus en plus de chrétiens

 
Ces derniers temps, les arrestations se multiplient : un jeune chrétien de 24 ans, Naveed John, a été accusé et arrêté à Sargodha, au Pendjab. Il priait régulièrement en compagnie de quelques amis, parfois même des musulmans. L’un d’eux, un agent de police venu incognito, avait apporté une épée sur laquelle étaient gravés des versets du coran. Lorsque le jeune homme l’a mis sous ses jambes, le policier a affirmé que Naveed John avait agi intentionnellement pour outrager le coran.
 
Ailleurs, un chrétien et sa famille ont été contraints d’abandonner leur maison pour fuir la colère d’une foule de musulmans qui les accusaient de blasphème. Un autre encore, chrétien également, a failli être lynché après avoir refusé de se convertir. Un musulman lui a demandé de le faire pour ne pas souiller l’eau de la mosquée qu’il était venu chercher pour abreuver sa famille.
 

Le Pakistan théâtre de la multiplication inquiétante des persécutions antichrétiennes

 
Le chrétien a refusé d’apostasier, provoquant la colère d’une foule de musulmans présents. La police a dû intervenir pour sauver sa famille du lynchage.
 
« Les lois sur le blasphème promeuvent actuellement au Pakistan un climat d’intolérance, qui engendre la violation d’une vaste gamme de droits fondamentaux, y compris les droits à la liberté d’expression et de religion », a commenté Maître Sardar Mushtaq Gill, avocat chrétien et responsable de l’ONG LEAD.