fbpx

SCIENCE FICTION Nerve ♥


 
Nerve soit les nerfs en français, ou plutôt sur les nerfs, est un jeu en ligne fictif, situé dans un futur proche. Les joueurs, en pratique des adolescents intrépides, doivent répondre à des défis fixés, en principe, par le seul vote des spectateurs – terme surtraduit en « voyeurs » en français, suivant une interprétation néanmoins juste. Ces défis sont soit idiots, dans le registre de provocations éculées, soit dangereux, imposant des acrobaties véritablement périlleuses. Les défis suivent une gradation dans la difficulté. Nerve relève fondamentalement du film de science-fiction pour adolescents. Il développe tous les clichés du genre, tant pour les scènes que pour les personnages. La bande-annonce a fait en particulier craindre le pire, un film tout simplement stupide, sans intérêt.
 
Tel n’est pourtant pas le cas selon nous. Ce jeu fictif Nerve pousse à peine plus loin la logique actuelle de la perte de vie privée causée par l’utilisation sans discernement des réseaux sociaux, ou la vulgarité exhibitionniste de la téléréalité. Il ne s’agit donc pas d’une spéculation gratuite, sans rapport avec ce que nous connaissons actuellement, et dont il y a déjà lieu de s’inquiéter. Heureusement, si certaines scènes manquent hélas effectivement d’élégance formelle, le film ne sombre pas dans le voyeurisme sous couleur de le dénoncer, travers trop fréquent. Les scènes de mauvais goût sont rares. Le rythme est bon. Les scènes s’enchaînent de manière fluide et logique. Il y a parfois un véritable travail du réalisateur sur les plans et les éclairages, en particulier dans les scènes nocturnes de ville.
 

Nerve : un assez bon film malgré ses faiblesses

 
Les limites de Nerve tiennent fondamentalement à son caractère de film pour adolescents : les personnages, y compris dans leurs supposées complexités, restent tous parfaitement prévisibles. On retrouve l’adolescente sage, fausse-timide, prête à se révéler dans les épreuves, l’ami intellectuel amoureux transi qui n’ose pas se déclarer, inversement la fausse audacieuse provocatrice, tout simplement en grande souffrance intérieure, et le courageux chevalier servant, à motocyclette, pas aussi net ni pur que ne laisse croire la première impression, mais pas si mauvais non plus…Le spectateur familier des films pour adolescents repère donc très vite ces caractères stéréotypés et prévoit leur évolution. Même si par son rythme, le film n’ennuie pas, ce manque de sophistication et d’originalité sur ce plan est tout de même regrettable. La fin, qui sera « bonne », évidemment, sera tout de même amenée de manière pour le moins artificielle et peu convaincante. On se permettra aussi de douter de l’existence de pirates informatiques militant effectivement et efficacement, sans aucune arrière-pensée, pour la bonne cause.
 
Malgré ces indiscutables faiblesses, Nerve reste nonobstant un assez bon film, qui pourra intéresser un public adolescent, ou adulte curieux de son sujet.
 

Hector JOVIEN

 
Nerve science fiction film