fbpx

Obama refuse de qualifier la lutte contre le terrorisme de guerre contre l’islam radical

Il a justifié son propos en affirmant que le terrorisme était une interprétation violente de l’islam mais qu’il était hors de question de parler de guerre contre l’islam radical parce qu’un grand nombre de musulmans rejette cette interprétation de l’islam, et considèrent même parfois que ce n’est pas l’islam.
« Et je pense que pour gagner contre ce fléau, il est très important de nous aligner sur 99,9 % des musulmans qui recherchent la même chose que nous, à savoir l’ordre, la paix et la prospérité », a-t-il déclaré.
Obama a reconnu que ce fléau prenait racine dans la communauté musulmane, mais considère en revanche que les Américains seraient perdants s’ils ne soutenaient pas l’immense majorité des musulmans qui rejettent cette idéologie.