fbpx

SCIENCE-FICTION (ENFANTS)
Ratchet et Clank ♥


 
Ratchet et Clank forment un duo de héros, et même d’apprentis super-héros. Le premier est un drôle d’animal, vaguement humanoïde doué de la parole, et le second, comme le nom l’indique assez par sa sonorité métallique, un robot. Ces deux personnages appartiennent au monde des jeux vidéo, en particulier ceux proposés sur PlayStation. Ratchet est une référence pour les joueurs. Une de leurs aventures est donc ici adaptée au cinéma.
 
Ce film a pris la forme d’un dessin animé numérique. Il se rattache au sous-genre de la science-fiction qu’est le film de super-héros, puisqu’une ligue de super-héros affronte ici une ligue de super-méchants ; en lourdes difficultés, elle recevra le renfort décisif de Ratchet et Clank. Ce film s’adresse fondamentalement aux enfants, à notre avis plutôt entre 6 et 10 ans ; l’humour, omniprésent, ce qui fait que le film frôle souvent la parodie, devrait plaire à cette catégorie d’âge, et il n’est pas du tout adapté au public adulte. De même la psychologie des personnages, sommaire, convient à un film pour enfants. L’animation est correcte, l’histoire bien construite. On regrettera seulement le relâchement du langage en certaines occasions, négligence déplorable pour un film s’adressant à la jeunesse.
 

Ratchet et Clank, pour un public juvénile ou de bonne volonté

 
Une ligue de super-méchants menace donc la galaxie. Ils dirigent un vaisseau spatial géant vers diverses planètes, qu’il détruit rapidement. Après n’avoir fait exploser que des mondes inhabités, ils risqueraient de s’attaquer à d’autres habités. La super-police de l’espace est débordée. Les super-méchants tentent d’ailleurs de l’éliminer physiquement sur sa planète. Ratchet et Clank se trouvent donc mêlés à cette aventure, et y jouent évidemment un rôle décisif.
 
Ratchet et Clank multiplie les emprunts visibles pour l’intrigue, quelques répliques, et maints décors intérieurs et extérieurs, à l’univers de Starwars, en particulier aux épisodes I et IV. A ce titre, il est quasiment un film-hommage, et plus réussi que Starwars VII. La téléportation est empruntée à l’univers de Startreck. Les spectateurs adultes, qui risquent parfois de trouver le temps un peu long, pourront se distraire à essayer de retrouver toutes ses nombreuses inspirations.
 
Ratchet et Clank réussira à distraire un public juvénile – les enfants de la salle étaient ravis – ou de bonne volonté.
 

Hector Jovien

 
Ratchet Clank science fiction enfants dessin animé film numérique