fbpx

SCIENCE-FICTION ♠
STAR TREK : SANS LIMITES


 
Star Trek : Sans Limites est le dernier film issu de l’univers de Star Trek – ou le voyage d’exploration dans les étoiles – la grande licence de science-fiction populaire concurrente de Star Wars. Le film reprend le vaisseau spatial Enterprise et les personnages du premier, et plus célèbre, des multiples feuilletons Star Trek, avec le capitaine Kirk et son équipage. Ce dernier comporte des humains venus de toute la Terre, soit de l’exotisme pour les années 1960, moins aujourd’hui, et un hybride humain-extraterrestre (vulcanien précisément), le célèbre Spock, aux longues oreilles pointues caractéristiques. Si la fidélité au feuilleton d’origine est de façon générale hors de doute, on déplorera les concessions à l’esprit de notre temps dans ce qu’il peut avoir de pire : était-il opportun de faire de Sulu, personnage secondaire mais bien connu des fidèles du feuilleton, un père homoparental? Nous ne le pensons vraiment pas. L’interprète de l’époque, aujourd’hui très âgé, a d’ailleurs protesté.
 

Star Trek, Sans Limites sombre parfois dans le franc ridicule

 
Un rescapé d’un vaisseau spatial naufragé appelle à l’aide la base spatiale qui abrite l’Enterprise, afin de secourir son équipage naufragé et en péril sur une planète inconnue. Or ce banal sauvetage risque de s’avérer être un piège. L’équipage de l’Enterprise doit rapidement faire face à de redoutables pirates, qui ont transformé leur planète en vaste camp de concentration, exterminant au fur et à mesure leurs prisonniers – l’allusion à des drames européens bien connus du XXème siècle est transparente – et ambitionnent de ravager les régions environnantes, en détruisant par exemple la base spatiale terrestre. Il y a là peut-être matière à un épisode classique du feuilleton d’une durée de 50 minutes, mais certainement pas à un film de plus de deux heures. Le rythme fait rapidement défaut, et ainsi le film ennuie après la première demi-heure, même les amateurs du genre. L’action est développée en outre de façon trop linéaire et prévisible. Quelques mauvaises idées particulièrement loufoques font parfois sombrer le film dans le franc ridicule, alors qu’il n’en avait vraiment pas besoin.
 
Il n’existe qu’une seule réussite visible dans Star Trek, Sans Limites : les très beaux et impressionnants décors de la base spatiale, très vaste, multipliant les microenvironnements de type terrestre. Par contre, tout le reste est manqué.
 

Hector JOVIEN

 
STAR TREK Sans limites science fiction film