fbpx

Les techniques de reconnaissance faciale de la FBI devraient être surveillées

Ainsi en a jugé un juge de district américain, Tanya Chutkan, pour qui le programme « Next Generation Identification » est de nature à justifier un droit de regard du public du fait de la quantité et de la qualité des données biométriques qu’il peut « stocker et manipuler ». La femme magistrat a validé les poursuites engagées à ce propos par l’Electronic Privacy Information Center contre le programme, opérationnel depuis l’été sans que son incidence sur le droit à la vie privée n’ait été évaluée.