fbpx

Donald Trump prépare une hausse des droits de douane sur 200 milliards de dollars de produits venus de Chine et prévient le Canada

Trump Chine droits douane Canada 200 milliards de dollars
 
A Washington, le ton monte tous azimuts pour mettre fin à la curée commerciale dont s’estiment victimes les Etats-Unis. Le président Donald Trump a donné l’ordre le 18 juin d’établir une liste des produits chinois importés pour un montant de quelque 200 milliards de dollars afin de préparer un troisième round de hausse des droits de douane de 10 points de pourcentage, réplique aux dernières hausses imposées par Pékin sur des produits américains. Les négociations commerciales avec la Chine « n’ont enregistré aucun progrès », a justifié Peter Navarro, le conseiller commercial de Donald Trump. Par ailleurs, le président américain explique sa décision d’augmenter les droits de douane sur des produits canadiens, qualifiant le traité Alena (Accord de libre-échange nord-américain) avec le Canada et le Mexique de « scandaleux ».
 

Face aux méthodes déloyales de la Chine, Trump vise 200 milliards de dollars supplémentaires de produits

 
Face à la Chine, qui enregistre des excédents commerciaux colossaux avec les Etats-Unis (376 milliards de dollars en 2017), le président Trump a prévenu qu’il ne s’en tiendrait pas là si l’Empire du Milieu refusait d’abandonner ses méthodes « déloyales ». Vendredi, le président américain avait annoncé une hausse des droits de douane sur 50 milliards de dollars supplémentaires d’importations depuis la Chine. Ce à quoi la Chine a répliqué par une mesure symétrique sur un même montant. Donald Trump paraît décidé à ne rien céder : « Si la Chine augmente à son tour ses droits de douane, j’augmenterai nos propres droits sur 200 autres milliards de dollars ». Car « la relation commerciale entre les Etats-Unis et la Chine doit être beaucoup plus équitable », a-t-il ajouté.
 
Le président Donald Trump appelle régulièrement la Chine à cesser ses « pratiques déloyales » et son vol massif de propriété intellectuelle américaine. Le Département américain du Commerce ayant officiellement prouvé que la Chine passait désormais par le Vietnam pour contourner les taxes américaines sur l’acier, Donald Trump a indiqué que les Etats-Unis pourraient adopter une autre approche pour élaborer un traité commercial avec Pékin.
 

La Chine tente de s’approprier les « bijoux de la couronne » américaine, dénonce Trump

 
C’est la Commission du commerce de la Chambre des eprésentants qui sera chargée d’identifier les 200 milliards de dollars supplémentaires de produits chinois importés susceptibles de voir leurs droits de douane relevés, réponse à la réplique chinoise sur la surtaxe américaine de 50 milliards de dollars de produits importés. Si la nouvelle menace de Donald Trump était appliquée, le montant d’importations chinoises surtaxées par les Etats-Unis passerait à un total de 450 milliards de dollars. Pour Peter Navarro, « Trump démontre un courage remarquable, notablement absent chez ses prédécesseurs ». Le conseiller au commerce relève que « la Chine tente de s’approprier les bijoux de la couronne de la technologie américaine », identifiant six points forts énoncés dans le plan du régime communiste intitulé « Made in China 2025 » : vols physiques ou numériques, transferts de technologie forcés, contournement des contrôles d’exportations, limitation des exportations sur les matières premières, collecte d’informations et acquisition des pépites américaines. Par ces méthodes, la Chine entend contrôler 70 % de la production dans toute une série de spécialités industrielles à l’horizon 2025, en particulier l’intelligence artificielle, la technologie « blockchain » ou chaîne de blocs (transmissions et stockage d’informations sans organes de contrôle), la robotique…
 
Début mai, la visite d’une délégation officielle américaine à Pékin pour obtenir un rééquilibrage des relations commerciales bilatérales n’avait « permis aucun progrès », a expliqué Peter Navarro. Fin mai, c’est une délégation chinoise menée par le vice-Premier ministre Liu He qui était venue à Washington. A l’issue de cette visite, un communiqué commun relevait « un consensus pour prendre des mesures effectives afin de réduire substantiellement le déficit commercial en biens des Etats-Unis avec la Chine ». Mais derrière ces propos apaisants aucune avancée concrète n’a été enregistrée, avait fait savoir le président Trump, confiant aux journalistes que la Chine était « le gros morceau » des soucis commerciaux des Etats-Unis et qu’il restait « un long chemin » à parcourir. Mardi, Peter Navarro a confirmé que ces pourparlers n’avaient « une fois de plus, débouché sur aucun progrès ».
 

Trump fustige le Canada, qui taxe à 275 % les produits laitiers importés des Etats-Unis

 
Outre la Chine, le voisin canadien est dans le collimateur de l’administration Trump. « Nous ne pouvons plus demeurer le dindon de la farce », a dit le président américain mardi, « nous voulons redevenir dignes ». Les Canadiens ? « Ils adorent bavarder », a lancé Donald Trump devant le congrès de la Fédération américaine du commerce indépendant (NFIB), visant le Premier ministre libéral Justin Trudeau. Or « il nous soumettent à un traitement dégradant », a-t-il tempêté, citant par exemple les droits de douane canadiens de 275 % sur les produits laitiers importés des Etats-Unis, qui frappent de plein fouet les éleveurs situés au sud de la frontière.
 
Donald Trump a rappelé sa promesse de campagne de renégocier l’Alena ou de le dénoncer, notant qu’il prévoyait aussi de négocier des accords commerciaux séparés avec le Mexique et le Canada, suivant son principe de bilatéralisme et de refus de tout transfert de souveraineté vers une gouvernance supranationale établie sous couvert de traités multilatéraux. « Le Canada va arrêter de profiter des Etats-Unis et le Mexique aussi », a-t-il martelé.
 

Matthieu Lenoir