fbpx

Censure de gauche : Vera Jourova, commissaire européen, veut réglementer l’expression des médias dans l’UE

UE commissaire médias censure
 
Věra Jourová, « Commissaire européenne à la Justice, aux Consommateurs et à l’Égalité des genres » (l’égalité des sexes, dans la novlangue de l’idéologie du genre), a expliqué le 25 septembre qu’elle souhaitait réglementer la liberté d’expression des médias dans toute l’UE en s’appuyant sur la Charte des droits fondamentaux. « Nous devons traduire cette Charte en principes de base qui sont vraiment importants, qui ne sont pas négociables », a-t-elle expliqué dans un discours prononcé à Vienne. Cette commissaire tchèque avait déjà parlé d’utiliser les fonds européens pour punir les électeurs qui voteraient mal, par exemple en privant les agriculteurs français des subventions agricoles versées par l’UE si jamais ils avaient le malheur de porter le Front national au pouvoir. Aujourd’hui, elle constate que « nous avons un vrai problème » face à la montée d’une « mauvaise version du nationalisme » promouvant parait-il l’exclusion et la haine. Or pour Jourová « les médias peuvent bâtir la culture du dialogue ou semer les divisions, diffuser la désinformation et encourager l’exclusion ». En clair, il faut de la censure.
 

Discours « haineux », promotion de « l’exclusion », « mauvais nationalisme », « désinformation » : à censurer par l’UE…

 
« Le débat sur le Brexit en est le meilleur exemple », a poursuivi ce commissaire européen qui a encore évoqué, pour illustrer son propos, les manifestations de Chemnitz et la campagne anti-Soros en Hongrie. Mme Jourova a cité certaines Unes « haineuses », comme celle du tabloïde britannique The Sun dénonçant les « gangsters » Macron et Tusk, qualifiés de « sales rats » après le sommet de Salzbourg la semaine dernière. Elle n’a en revanche rien trouvé à redire à toutes les Unes qui avaient assimilé à des néo-nazis les citoyens allemands manifestant à Chemnitz après l’assassinat d’un des leurs par des « migrants », puisqu’elle a au contraire semblé s’inscrire dans le même discours de haine à leur égard.
 
Les médias jouent un rôle essentiel, a insisté Věra Jourová, « pour mettre les hommes politiques face à leurs responsabilités et définir les limites de ce qui est “inacceptable” dans la société ». Et elle a donc annoncé qu’elle défendrait « une approche européenne des médias fondée sur la qualité et une régulation intelligente, si besoin est ». Elle a aussi promis un « soutien aux émetteurs publics et aux médias indépendants [mais pas n’importe lesquels, NDLR] plus important que si on se contentait de suivre les lois du marché ».
 

La Charte des droits fondamentaux une nouvelle fois instrumentalisée

 
Une nouvelle fois, la Charte des droits fondamentaux jointe aux traités européens dont le Traité de Lisbonne, et qui ne devait s’appliquer que dans les domaines de compétence de l’Union européenne, est instrumentalisée par la Commission européenne pour se mêler de tout et n’importe quoi. Et une fois de plus, la gauche, en l’occurrence en la personne du commissaire européen Věra Jourová, utilise les institutions européennes pour tenter de renforcer la dictature de la pensée unique hors de tout contrôle démocratique. Car que sont donc le « mauvais nationalisme », la promotion de « la haine » et de « l’exclusion » et « la popularité grandissante des partis extrêmes » que la commissaire tchèque se propose de combattre dans toute l’Europe ? Comme le fait remarquer le site conservateur américain The New American à propos de ce discours de Jourová, quand « la police de la pensée de l’UE veut extirper la “haine” des médias », elle veut interdire la critique de l’immigration (« promotion de l’exclusion ») et la défense d’un sentiment national qui passerait avant le sentiment d’appartenance à l’Europe (« mauvais nationalisme »). Alors que les médias européens sont déjà largement dominés par les idées de Jourová et que les réseaux sociaux accentuent la censure contre les opinions conservatrices, la Commission européenne demande à pouvoir décréter ce qui est « haineux » ou « intolérant ».
 

Vera Jourova, commissaire européen, réclame la censure des médias

 
Or les accusations de haine formulées par les gauchistes sont très généralement des projections de leur propre mode de pensée, explique très justement le New American : « Les gauchistes étant déconnectés de la Vérité et opérant sur le plan émotionnel, ils perçoivent presque tout par l’émotion. Et ils croient que c’est la même chose pour les autres. Il leur est donc impossible de “haïr le péché mais d’aimer le pécheur”, et ils supposent donc que les autres sont handicapés de la même manière. Si nous devions chanter sur le même air, il nous faudrait présumer que les gauchistes occidentaux cherchent à inonder leurs nations d’immigrants du Tiers-Monde inassimilables parce qu’ils haïssent leur propre culture. C’est souvent vrai, mais il y a aussi d’autres motivations liées aux notions de diversité, d’immigrationnisme, d’internationalisme et, bien sûr, la soif insatiable de pouvoir des gauchistes. Malgré ces motivations souvent haineuses, nous n’essayons pas de censurer les gauchistes. Bien entendu, la situation est un peu différente quand vous avez conscience que la seule chance que vous ayez de remporter un débat est d’y mettre fin. »
 

Olivier Bault