fbpx

L’emploi affiche de meilleurs chiffres que prévu aux Etats-Unis

emploi affiche meilleurs chiffres Etats Unis
 
Les demandes d’indemnisation de chômage sont à leur plus bas niveau depuis 45 ans, selon le département de l’emploi américain : corrigées des variations saisonnières, les premières demandes sont passées à 215.000, soit 12.000 de moins que la semaine précédente par rapport à des chiffres déjà revus à la baisse.
 
Les prédictions annonçaient 230.000 nouvelles demandes.
 
Le retour au niveau de 1973 est d’autant plus remarquable que la force de travail était à l’époque moins importante : 100 millions de personnes alors contre 160 millions et davantage aujourd’hui.
 
Dans le même temps, les salaires sont en train de remonter, indépendamment des baisses d’impôts consenties par l’administration Trump. Entre celles-ci et la hausse des salaires, on peut compter qu’un contribuable célibataire qui gagne 50.000 dollars par an touche actuellement 50 $ de plus par semaine ; pour une famille de quatre personnes gagnant un salaire de près de 60.000 dollars, proche du revenu médian d’un foyer, l’avantage représente 170 dollars nets supplémentaires par mois.
 
La Fed en tirait argument pour dire qu’il faut tout faire pour éviter l’inflation qui ne saurait tarder, mais en réalité, souligne The New American, la réserve d’argent rétrécit plutôt selon les statistiques de la Réserve fédérale, puisqu’elle représente trois cent milliards de dollars de moins qu’en 2014.
 
Aucune action de la Fed n’a entraîné l’embellie actuellement constatée. Conformément à sa politique constante d’expansion monétaire quand un Démocrate et à la Maison Blanche et de resserrement quand c’est un Républicain, elle cherche à intervenir pour contenir l’inflation réelle ou supposée, ce qui aurait pour effet d’entraver cette croissance.