fbpx

Un tiers des emplois britanniques menacés par la technologie et les robots

emplois menacés technologie robots
 
Selon une étude de l’université d’Oxford, un tiers des emplois britanniques, soit 10 millions de postes, est menacé de remplacement d’ici à 2034 par différentes formes de technologie : machines, robots, ordinateurs. Ce sont les emplois de plus bas niveau, répétitifs ou subalternes, qui sont les plus menacés : les emplois rémunérés à moins de 30.000 livres par an ont près de 5 fois plus de risque de disparaître que ceux de 100.000 livres et davantage.
 
Le corollaire de cette projection est d’ailleurs un agrandissement de plus en plus important de l’écart entre les riches et les pauvres.
 

Emplois menacés : l’homme remplacé par la technologie et les robots

 
Ce serait en outre une projection en voie de réalisation puisque l’on constate une automatisation accrue des emplois du secteur des services où la technologie permet déjà le remplacement de main d’œuvre humaine.
 
L’étude de Carl Frey et Michael Osborne se veut plus précise que celles menées jusqu’à présent dans la mesure où elle se penche sur les capacités actuelles et futures des robots et ordinateurs, en tentant de prédire combien de tâches supposées réservées à l’homme pourront être assumées par des machines grâce aux nouvelles technologies.
 

Moins de vendeurs, plus d’instructeurs de fitness

 
Il y aura moins de vendeurs ou d’assistants de bibliothèques, d’agents de voyages ou de secrétaires : leur nombre a déjà régressé de 40 % au Royaume-Uni depuis 2001, mais il y a de la place pour de nouveaux métiers. De l’instructeur de zumba à l’analyste de données, en passant par le spécialiste du marketing via les réseaux sociaux, il y a, semble-t-il, de la place.
 
Pour le reste, ce sont les métiers à forte valeur humaine ajoutée qui résisteront le mieux, selon ces chercheurs (qui semblent oublier l’artisanat d’art et la plomberie) : les emplois artistiques ou intellectuels, ou du domaine de l’ingénierie ou de la santé, de la finance ou de l’informatique.
 
Mais pour cela il faut d’abord former les intelligences. Vive demain ?