fbpx

Mexique : un grand exorcisme pour libérer le pays de la violence des trafics de drogue et de l’avortement

exorcisme Mexique violence avortement drogue
 
Le 20 mai dernier, vers midi, le Cardinal Juan Sandoval Iñiguez, archevêque émérite de Guadalajara, le prêtre exorciste espagnol Jose Antonio Fortea ainsi que plusieurs autres évêques et prêtres ont pratiqué un grand exorcisme sur tout le Mexique. Le rite de l’exorcisme est en effet applicable à un diocèse ou à un pays même si la démarche est rare et inédite dans l’histoire moderne du Mexique. Il l’a justifié par l’explosion de la violence des trafics de drogue et de l’avortement dans le pays. Le cardinal Iñiguez a directement lié cette violence à l’influence de Satan.
 
La cérémonie s’est tenue dans la cathédrale de San Lui Potosi, à Mexico, derrière des portes fermées pour éviter « une attirance morbide » et « les mauvaises interprétations » alors que le but de la cérémonie est « le bien de tous », a expliqué l’archevêque de San Luis Potosi, Mgr Jesús Carlos Cabrero.
 

Un grand exorcisme pour lutter contre la violence qui s’abat sur le Mexique

 
C’est le père Jose Antonio Fortea, auteur du livre Le Grand exorcisme, qui explique la démarche : le rituel éloigne « les démons » et « est utile dans un contexte de grande violence qui peut s’abattre sur un pays ». En l’occurrence sur le Mexique, qui souffre à la fois d’un nombre dramatique d’avortements et de la violence imposée par les différents cartels de la drogue. Depuis que la pratique en a été légalisée en 2007 dans le District Fédéral de Mexico, 100.000 avortements ont été pratiqués dans la seule capitale.
 
Le père Fortea n’a pas commenté la cérémonie, mais précisé que « sans aucun doute l’avortement, le satanisme, la corruption, le culte de la « sainte mort » et la légalisation d’aberrations sexuelles ont causé une grande infestation satanique partout dans le Mexique ». Et puisque la présence du démon a permis que se répande une violence terrible, le père Fortea a ajouté que le but de cette démarche était de « chasser les démons hors du Mexique ».
 

L’avortement et la violence liée aux trafics de drogue directement visé par l’exorcisme du Mexique

 
Le père Fortea a encouragé tous les évêques du pays à pratiquer un exorcisme à l’échelle de leur diocèse et il a appelé à la suppression de la loi sur l’avortement, « cause de tout cela »…
 
Pour le cardinal Juan Sandoval Iñiguez, « c’est une prière à Dieu pour chasser l’ennemi, pour qu’il reste loin de ces lieux. De San Luis pour commencer, puis de tout le Mexique ». Il était important pour lui de sensibiliser les gens « à une situation aussi grave que celle que nous vivons au Mexique, et sur le mal qui a une racine très profonde qui va au-delà de la méchanceté humaine, qui est le diable, profondément lié à la mort, homicide depuis le commencement ».
 
Il a donc encouragé d’autres évêques à faire de même : « Que l’on prenne conscience de la gravité de la situation au Mexique, et que l’on multiplie ce que nous venons de faire », a-t-il conclu, précisant qu’il regrettait « la violence contre les enfants et les adultes » au Mexique. Lorsqu’un « pays chrétien pratique l’avortement c’est une  tragédie, c’est un péché très grave », a-t-il répété.
 

Béatrice Romée