fbpx

La police du pays de Galles continuera de travailler avec une reconnaissance faciale qui donne 92 % de faux positifs

police pays Galle reconnaissance faciale faux
 
La South Wales Police défends son choix expliquant qu’« aucun système de reconnaissance faciale n’est précis à 100 % ». Mais entre 8 et 100, il y a tout de même de la marge.
 
Selon Ars Technica, qui a obtenu les données publiques sur l’utilisation du système, sur les 2.470 alertes que celui-ci a déclenchées, 2.297 étaient des faux positifs, « désignant à tort des personnes comme suspectes ou devant être arrêtées ».
 
La police se défend en expliquant que la reconnaissance faciale est encore loin d’être au point mais que les interventions auprès d’individus identifiés à tort n’ont jamais abouti à une arrestation : « Aucun membre du public ne s’est plaint. »
 
Le groupe de défense des libertés civiles Big Brother Watch commente : « Non seulement la reconnaissance faciale en temps réel est une menace pour les libertés civiles, c’est également un outil de maintien de l’ordre d’une imprécision dangereuse. »