fbpx

Trump et le TPP : le retrait des Etats-Unis du Traité transpacifique, une chance pour l’industrie américaine !

Trump TPP retrait Etats Unis Traité transpacifique chance industrie
 
L’élection de Donald Trump est un tournant et une chance pour les ouvriers et le secteur de l’industrie américaine : « Il suffit de regarder ses premières mesures présidentielles, comme le retrait des Etats-Unis du Partenariat Trans-Pacifique, ou la volonté de reconstruire l’Amérique », vient de déclarer le président de l’association d’industriels The Alliance for American Manufacturing. Dans un entretien à Breitbart, c’est en ces termes enthousiastes qu’il a salué le retrait des Etats-Unis du Partenariat Transpacifique – le TPP, moins connu en Europe que le Traité transatlantique mais qui est comme son frère jumeau.
 
Trump croit dans l’industrie américaine, constate Scott Paul, dont l’Alliance se dit donc prête à travailler main dans la main avec le nouveau président et le Congrès américain, en particulier dans le domaine de la politique commerciale ou des infrastructures. « Acheter américain, embaucher américain », tel est le mot d’ordre ! Des industriels, mais aussi le syndicat des métallurgistes ne s’y sont pas trompés : ils viennent de rallier l’association de promotion de la manufacture américaine.
 

Le retrait des Etats-Unis du TPP, une chance de remonter la pente des délocalisations

 
Aujourd’hui, l’industrie américaine est largement en ruines – et Trump pouvait comparer les usines américaines à « des tombes dans un cimetière ». A l’Amérique d’être de nouveau plus agressive, plus compétitive : elle doit retrouver son socle manufacturier, assure Scott Paul. La désastreuse situation actuelle, estime-t-il, n’est due qu’à de mauvais choix politiques qui ont systématiquement privilégié Wall Street au détriment de l’industrie, encourageant les délocalisations – et le chômage. Le recentrage de l’économie sur l’industrie permettra à l’avenir de redonner du pouvoir d’achat aux Américains, promet-il.
 
C’est à ce titre qe Scott Paul a salué la décision de Trump de retirer les Etats-Unis du Partenariat Transpacifique : « Même la propagande en faveur du TPP était obligée de reconnaître qu’il accroîtrait le chômage dans l’industrie », précise-t-il. Mettre fin à tout accord commercial qui ne serait pas favorable au secteur manufacturier, tel est le principe de Trump dont Paul ne peut que se féliciter. « Pour les défenseurs du TPP, cet accord devait nous protéger de la compétition avec la Chine, ou bien nous permettre de créer une sorte de système américain en Asie – des arguments tout deux fallacieux. La Chine fera ce qu’elle entend, sans se préoccuper de ce que nous ferons », explique Paul.
 

Trump veut donner toutes ses chances à l’industrie américaine

 
Les Etats-Unis doivent en finir avec les traités commerciaux internationaux, et privilégier les relations bilatérales, selon le modèle de la présidence Reagan, estime-t-il. « Il est beaucoup plus facile de voir où sont les intérêts des deux pays dans un accord bilatéral », précise Paul, accusant au contraire les accords multinationaux d’effacer l’intérêt des pays derrière ceux des grandes multinationales, avides de pouvoir profiter partout dans le monde de bas coûts de main d’œuvre.
 
L’Alliance pour l’industrie américaine a directement interpellé Trump sur la question des investissements dans les infrastructures du pays. Pour Scott Paul, cette question d’envergure nationale doit être étudiée par un large comité consultatif, car elle est cruciale pour l’avenir du pays. Le projet de Trump, « Construire l’Amérique » ne peut pas se faire sans les Américains, dit-il : « Pas question donc de sous-traiter nos ponts en Chine. » Comme le dit Scott Paul : « C’est l’occasion d’améliorer la compétitivité de notre industrie tout en faisant croître notre économie, deux objectifs qui, à mon sens, sont étroitement liés. »