fbpx

Une université de l’Ontario présente ses excuses à une jeune doctorante soumise à une enquête pour « transphobie »

université Ontario excuses jeune doctorante enquête transphobie
 
Lindsay Shepherd était dans le collimateur des responsables de Wilfrid Laurier University pour avoir montré le clip d’une interview avec le professeur Jordan Peterson qui s’oppose à la promotion du transgenrisme. Il y explique que la politique des pronoms neutres imposée au Canada va porter de plus en plus gravement atteinte à la liberté de parole.
 
La jeune femme assure des cours en tant que maître assistant : on lui a reproché d’avoir créé un « climat toxique » dans sa classe en présentant la vidéo sans mise en garde. Convoquée par trois membres de la faculté, elle a été réduite aux larmes devant leurs accusations répétées : Mlle Shepherd aurait enfreint la loi sur les pronoms neutres. Mais elle avait eu la présence d’esprit d’enregistrer le rendez-vous.
 
Ayant écouté l’enregistrement, la présidente de l’université a publié une lettre affirmant que des excuses s’imposent et s’est déclaré « désolée de la manière dont les choses se sont passées ». Le professeur qui avait organisé la rencontre, Nathan Rambukkana, c’est lui aussi excusé, disant qu’il avait eu le temps « de repenser non seulement à son approche… mais à de nombreux choses qu’il avaient dites ».
 
Lindsay Shepherd s’était notamment vu reprocher d’être restée « neutre » à propos des déclarations de Peterson – cela revenait à faire écouter un discours d’Adolf Hitler sans le dénoncer, lui avait-on déclaré.
 
Le pire, c’est que Lindsay Shepherd se dit personnellement en désaccord avec Jordan Peterson. C’est peut-être cela qui lui évite des sanctions et lui vaut ses excuses tardives, car les responsables de Wilfrid Laurier estiment toujours qu’elle a provoqué une discussion politique inappropriée avec ses étudiants.
 
Il n’y a pas de raison que cela s’arrête.