fbpx

Angela Merkel découvre que l’immigration musulmane est à l’origine de la vague d’antisémitisme en Allemagne

Angela Merkel antisémitisme immigration musulmane Allemagne
 
Il semble bien lointain, le temps extatique des bras ouverts d’Angela Merkel au million de prétendus « réfugiés syriens », qui avait accéléré la submersion que connaît le continent, aggravé les fractures de l’Union européenne et siphonné l’électorat de la CDU-CSU et du SPD. Certes, la chancelière fédérale d’Allemagne reste un pilier du globalisme marchand, son pays étant l’un de ses premiers bénéficiaires. Mais elle se trouve confrontée à la contradiction propre à son dogme, les migrants musulmans accourus grâce à son sans-frontiérisme étant à l’origine d’une vague d’antisémitisme inconnue depuis 1945 en Allemagne. Angela Merkel n’a donc pu que dénoncer ce dimanche dans un entretien accordé à la télévision privée israélienne Channel 10 « cette autre forme d’antisémitisme » portée par les immigrants d’origine musulmane, la qualifiant de « consternante ».
 

Angela Merkel vise « des personnes d’origine arabe qui apportent une autre forme d’antisémitisme »

 
La nouvelle ligne d’Angela Merkel mérite d’être détaillée. En voici les termes : « Nous sommes face à un nouveau phénomène, avec ces nombreux réfugiés parmi lesquels se trouvent, par exemple, des personnes d’origine arabe qui apportent une autre forme d’antisémitisme dans notre pays ». Pour faire bonne mesure, elle ajoute qu’« à notre grand regret, l’antisémitisme a existé aussi bien auparavant en Allemagne ».
 
Angela Merkel doit ainsi admettre publiquement un problème qui est devenu tellement aveuglant dans la vie quotidienne en Allemagne que le gouvernement fédéral a dû nommer un haut-fonctionnaire pour traiter et combattre cette vague d’antisémitisme. « Le fait qu’aucune maternelle, aucune école, aucune synagogue ne puisse être laissée sans protection policière nous consterne », a ajouté Mme Merkel, évoquant les établissements juifs.
 
L’arrivée d’un nombre incalculable d’immigrés important avec eux des préjugés violemment antijuifs a correspondu à la hausse des actes antisémites à travers toute l’Europe, en spécifiquement en Allemagne. La France, avec son immigration nord-africaine ancienne, connaissait le phénomène depuis déjà plus longtemps.
 

Immigration musulmane : une étude de l’AJC montre qu’à Berlin l’hostilité envers les juifs est portée par Turcs et Arabes

 
A Berlin, des instituteurs et des responsables de l’enseignement ont relevé une explosion des propos antisémites parmi les élèves. L’expression « Sale Juif ! » est devenue une insulte banalisée. Une étude menée par l’American Jewish Committee (AJC) sur 21 écoles berlinoises à forte population d’origine immigrée – mais sur les seules années 2015 et 206 – montre que l’hostilité envers la population allemande de confession juive a gagné en intensité parmi les élèves d’origine turque et arabe. L’AJC a identifié parmi eux un soutien croissant à l’islamisme radical.
 
De nombreux enseignants consultés pour l’enquête de l’AJC avaient admis avoir été confrontés à plusieurs incidents antisémites ces dernières années. Certains en rendaient responsables les « autorités religieuses » mahométanes, estimant que de nombreux jeunes musulmans étaient conditionnés dans les mosquées pour être menaçants envers leurs camarades de classes de sexe féminin, homosexuels ou même musulmans « sécularisés ». Certains enseignants ont noté que, parmi leurs élèves, certains étaient endoctrinés par les mosquées « pour faire la police morale » dans leur école. Un professeur témoignait : « Il existe désormais deux formes d’éducation parallèles, d’un côté ce qui est officiellement enseigné à l’école et de l’autre ce qui est inculqué lors des séjours à la mosquée, aux clubs liés aux mosquées, et qui influence de nombreux élèves ». Voici un an, un élève juif âgé de 14 ans avait dû être changé d’établissement après avoir été victime d’agressions verbales et physiques « d’un antisémitisme de la pire facture » de la part d’élèves musulmans, dans une école, la Freidenauer Gemeinschaftschule à Berlin Schöneberg (est), dont 75 % des élèves n’ont par l’Allemand comme langue maternelle.
 

L’Allemagne prépare une loi permettant d’expulser les migrants affichant leur antisémitisme

 
La menace a atteint un tel niveau que le gouvernement fédéral d’Allemagne prépare une loi permettant l’expulsion de migrants affichant des positions ouvertement antisémites. Une autre proposition « pour combattre l’antisémitisme », émise par Sawsan Chebli, secrétaire d’Etat sociale-démocrate du Sénat de Berlin, musulmane d’origine palestinienne, vise à exiger que les immigrants et demandeurs d’asile soient astreints à une visite des anciens camps de concentration du régime national-socialiste. Swasan Chebli avait déclaré en janvier au Bild am Sonntag que « la visite des camps de concentration devrait être intégrée aux enseignements » destinés aux immigrés et demandeurs d’asile. Cette proposition a reçu un accueil très favorable de Conseil central des Juifs d’Allemagne, mais aussi, au niveau mondial, du World Jewish Congress.
 

Matthieu Lenoir