fbpx

Si les Etats-Unis devenaient à 100 % « vegan », ce serait une catastrophe sanitaire

Etats Unis vegan catastrophe sanitaire
 
Une étude publiée par la National Academy of Sciences présente un scénario où tous les Américains auraient renoncé à consommer des produits d’origine animale, comme le font les vegans, le plus souvent pour des raisons idéologiques. Pour le plus grand nombre, assure l’étude, les résultats sanitaires seraient catastrophiques aux Etats-Unis faute d’apport suffisant de nombreuses substances indispensables au corps humain par un régime purement végétarien : calcium, certaines vitamines, des acides gras…
 
Il ne faudrait d’ailleurs pas compter sur la libération des terres agricoles vantées par les vegans pour augmenter la production des fruits et des légumes : la demande est déjà élevée aux Etats-Unis mais leur agriculture préfère se concentrer sur les céréales, plus rentables.
 

Si les vegans imposaient leur idéologie aux Etats-Unis ce serait une catastrophe sanitaire

 
Pour vivre correctement avec un régime purement vegan il faut suivre un régime contrôlé de près, les rations étant scientifiquement calibrées pour éviter les carences. Ou l’art et la manière de transformer une activité sociable en contraignante pseudo-morale…
 
Les animaux « savent » transformer les productions agricoles, tels les grains, riches en énergie mais pauvres en micronutriments, en aliments riches en micronutriments qui permettent facilement aux êtres humains de combler leurs besoins : viande, lait, œufs, autant de bonnes nourritures rejetées par les vegans.
 

100 % « vegan » ? La voie royale vers les carences alimentaires

 
Tout cela est peut-être une manière de mieux promouvoir les viandes « cultivées » en laboratoire, sous la pression des amis des animaux et des ennemis des pets de vache supposés contribuer à haute dose aux émissions de gaz à effet de serre.
 
Mais selon les scientifiques auteurs du rapport, Robin White et Mary Beth Hall, on ne peut pas attendre grand-chose de l’arrêt de l’élevage, fût-il complet, sur ce plan. L’élimination de toutes les vaches réduirait de 28 % les gaz à effet de serre de l’agriculture aux Etats-Unis, mais cela représente 2,6 % seulement du total, trois fois rien…