fbpx

L’UE est comme l’Union soviétique – mais on en veut à Jeremy Hunt de le faire remarquer

UE Union soviétique Jeremy Hunt
 
Le ministre britannique des Affaires étrangères, Jeremy Hunt, a commis l’impardonnable : il a fait remarquer que l’Union européenne ressemble à feu l’Union soviétique en ce qu’elle cherche à sanctionner sévèrement ceux de ses Etats membres désireux de la quitter. L’UE, a-t-il déclaré dimanche lors de la conférence du Parti conservateur dont il fait partie, oppose une réponse de plus en plus anti-démocratique au Royaume-Uni en voie de Brexit. Et il a osé rappeler la répression brutale exercée par l’ex-URSS à l’encontre des soulèvements populaires dans ses pays satellites.
 
Jeremy Hunt, également ministre du Commonwealth, avait pourtant fait campagne contre la sortie de l’Union européenne avant le référendum qui a signé la volonté des Britanniques de quitter une Europe dont ils ont trop perçu les lourdeurs tyranniques. Il était alors secrétaire d’Etat à la santé.
 

Jeremy Hunt fait le parallèle entre l’UE et l’URSS

 
On peut dire que ses propos n’en ont que plus de portée – d’autant qu’il fait appel à un vocabulaire sans ambiguïté en interpellant les leaders de cette Europe anti-nationale, avec ce qu’il faut de naïve invocation du rêve européen pour que sa sincérité soit palpable :
 
« En ce moment, vous autres, amis européens, semblez penser que le moyen de garder le club en l’état est de punir le membre qui s’en va. Pas seulement au moyen de la disruption économique, mais en allant jusqu’à détruire le Royaume-Uni en établissant une frontière le long de la mer d’Irlande. Qu’est-il donc arrivé à la confiance et aux idéaux du rêve européen ? L’UE a été créée pour protéger la liberté. C’est l’Union soviétique qui empêchait les gens de partir. Les leçons de l’histoire sont claires : si vous transformer le club de l’UE en prison, le désir d’en sortir ne va pas diminuer, il va s’accentuer, et nous ne serons pas le seul prisonnier à chercher à nous enfuir. »
 
Et d’ajouter, toujours à l’adresse de Bruxelles :
 
« Si vous rejetez la main amicalement tendue par notre Premier ministre, vous tournerez le dos au partenariat qui a donné à l’Europe davantage de sécurité, davantage de liberté, de prospérité, de possibilités que nous n’en avons jamais eues au cours de notre histoire. »
 

L’Union soviétique et l’Union européenne, des modes de fonctionnement voisins

 
On a le droit de douter de la réalité de ce tableau idyllique, mais non sans noter qu’une personne qui manifestement, a voulu y croire, se réveille avec d’autant plus de gueule de bois.
 
Jeremy Hunt trouverait presque les accents d’un Nigel Farage – alors leader de l’UKIP – qui dénonçait dès 2011 cette Union européenne « pas tout à fait aussi mauvaise que l’URSS ».
 
Pour ce qui est du dissident Vladimir Boukovski, le parallèle s’impose depuis longtemps : la Commission de Bruxelles, organe non élu et irresponsable devant les citoyens européens, s’est toujours comporté comme le comité central du Parti.
 

Anne Dolhein