fbpx

Davantage de musulmans britanniques dans l’EIIL que dans l’armée anglaise

Plus de musulmans britanniques dans l’EIIL que dans l’armée anglaise

Le ministère de la Défense britannique a confirmé à USA Today qu’il y a davantage de sujets britanniques musulmans dans les rangs de l’EIIL, l’Etat Islamique qui opère en Irak et au Levant, c’est-à-dire principalement en Syrie, qu’au sein de ses forces armées. Soit quelque 800 djihadistes contre 600 membres musulmans dans l’armée anglaise, forte de quelque 200.000 hommes.
Le secrétaire aux Affaires étrangères britannique, Philip Hammond, a précisé que la vidéo de la décapitation de James Foley « ne change rien » à la perception de ce danger par les autorités britanniques : « C’est quelque chose que nous suivons et gérons depuis de longs mois (…) Cela ne fait que rehausser la conscience que nous avons d’une situation qui est très grave. »
 

L’armée anglaise exempte de musulmans britanniques

 
Pour Khalid Mahmood, membre du Parlement élu dans une circonscription comptant une forte proportion de musulmans, le gouvernement sous-estime beaucoup le nombre d’islamistes recrutés pour l’EIIL en Syrie et en Irak durant ces trois dernières années : le véritable chiffre serait près de 1.500.
Pourquoi cet engouement ? Selon un criminologue américain, il s’explique à la par l’ « isolement des groupes minoritaires en Europe », mal « intégrés ». Pour Raffaello Pantucci, chercheur au Royal United Services Institute de Londres, les jeunes hommes qui ont peu de perspectives d’emploi au Royaume-Uni ne résistent guère au « roman » de la défense de l’islam. Sans compter le fait que lutter pour l’islam leur donne l’impression d’exister.
On peut aussi voir le bon côté de la chose : le petit nombre de musulmans britanniques dans l’armée anglaise met celle-ci à l’abri de plusieurs inconvénients qui frappent l’armée française, farcie de beurs, dont la nécessité de trouver des aumôniers, des salles de prière et des régimes hallal, ce qui coûte cher à la république laïque. Mais il jette aussi une lumière crue sur le vrai patriotisme des jeunes gens qui choisissent l’EIIL.