fbpx

Pas de complot russe pour promouvoir le Brexit

complot russe promouvoir Brexit
 
Facebook vient de confirmer que les partisans du maintien du Royaume-Uni dans l’Union européenne ont eu tout faux en accusant la Russie d’avoir financé par le biais d’une « ferme à trolls » la propagande contre le Brexit sur le réseau social.
 
La commission électorale britannique chargée de vérifier la sincérité du référendum a lancé une enquête à la suite d’accusations répétées selon lesquelles il était « probable » que des hackers russes avaient fait pencher la balance en faveur du Brexit, comme le prétend l’élu pro-UE Ben Bradshaw ou le très gauchiste Guardian.
 
Facebook a vérifié les dépenses de l’officine incriminée, l’Internet Research Agency : au total, les dépenses de celles-ci ont atteint… 0,97 dollars, qui ont servi à financer des annonces sur l’immigration et ont obtenu 200 « impressions » auprès d’internautes Britanniques sur quatre jours en mai 2016.
 
Un peu trop modeste pour avoir pesé sur le résultat…