fbpx

La Cour européenne des droits de l’homme juge conforme l’arrêt des soins pour Inès, en coma dépassé

Cour européenne droits homme arrêt soins Inès coma
 
La Cour européenne des droits de l’homme a jugé conforme l’arrêt des traitements d’Inès, une adolescente en coma végétatif depuis juin 2017, à Nancy. Cette décision est « définitive ».
Les parents, qui refusent d’autoriser l’arrêt des soins, avaient saisi auparavant le Conseil d’État qui avait validé la même décision, confirmant l’avis des médecins exprimé à la fin du mois de juillet. C’est à eux, désormais, qu’il revient le droit d’agir.
 
Inès souffre d’une maladie auto-immune neuromusculaire. Elle est hospitalisée depuis juin au CHRU de Nancy à la suite d’une crise cardiaque grave qui a provoqué un coma dépassé ou « coma végétatif » et présente des « lésions cérébrales sévères et des possibilités de guérison quasi-nulles » selon l’équipe médicale. En dépit de soins intensifs, et en l’absence d’amélioration de son état, les médecins ont jugé son cas sans espoir. Conformément à la loi de 2016 sur la fin de vie, ils ont lancé une procédure visant à l’arrêt des traitements.
 
Ses parents parlent d’une décision qui veut « la faire mourir ».
A noter que la CEDH « se base notamment sur sa décision dans le cadre de l’affaire Vincent Lambert » pour lequel elle avait « constaté l’absence de consensus entre les États membres du Conseil de l’Europe sur l’arrêt des traitements et rappelé qu’elle laissait une marge d’appréciation sur ces sujets ».