fbpx

Face à Hollande, Sarkozy demeure « Républicains »

Face à Hollande, Sarkozy demeure Républicains
 
Malgré les embûches et les oppositions, Nicolas Sarkozy pourra, samedi, à l’occasion du congrès de son parti, proposer le nom « Les Républicains » pour succéder à l’UMP. Le président du parti de droite a même profité de la circonstance pour remercier, au cours d’un meeting qu’il tenait au Havre, François Hollande pour sa campagne publicitaire.
 
En rendant mardi sa décision, le juge des référés du tribunal de grande instance de Paris a estimé que « le trouble manifestement illicite et le dommage imminent », nécessaires pour justifier une mesure d’urgence, n’étaient pas « démontrés » par les 147 requérants qui protestent contre la volonté de l’UMP d’adopter pour nouveau nom « Les Républicains », au motif que la formation de droite s’approprierait exclusivement cette dénomination.
 
« Ceux qui voulaient à tout prix troubler les militants, les faire douter, empêcher que le vote se déroule de façon sereine, ont échoué et de façon très claire », a déclaré à la sortie du tribunal le trésorier de l’UMP, Daniel Fasquelle.
 

Le tribunal défend les « Républicains »

 
Certes, certains de ces requérants, tel le Mouvement Républicain et Citoyen de Jean-Pierre Chevènement, ont d’ores et déjà annoncé qu’il ferait appel de ce jugement. Mais, qu’il soit examiné avant ou après le congrès de l’UMP n’y changera plus rien, cet appel ne suspendra pas la décision prise mardi par le juge.
 
Sur le fond, le parti de Nicolas Sarkozy souligne que « des noms et intitulés similaires sont utilisés dans d’autres pays » sans aucune difficulté. Une réflexion admise par le tribunal qui a déclaré que les requérants n’établissent « aucunement en quoi ce changement de nom porterait un préjudice personnel et direct à leurs programmes, leurs valeurs ou leurs actions ».
 

Nicolas Sarkozy tacle François Hollande

 
On comprend donc la satisfaction du patron de l’UMP qui, mardi soir, au Havre, s’en est donné à cœur joie, en dénonçant la démarche du président de la République : « Un truc que je n’avais pas prévu, c’est que “Moi je” voudrait choisir lui-même le nom de notre famille politique… Manque de chance ! »
 
Enfonçant le clou, Nicolas Sarkozy a remercié « ces aimables socialistes » de la publicité faite au congrès de l’UMP. Tout en leur envoyant quelques piques. « A gauche, ils sont socialistes avant d’être républicains. Nous sommes républicains avant d’être gaullistes, libéraux, centristes… » Et d’ajouter : « Les gens qui n’ont pas de colonne vertébrale vont devant les tribunaux pour obtenir ce qu’ils n’obtiennent plus devant le peuple de France. »
 
Une observation qui n’est sans doute pas fausse, mais qui pourrait se révéler à double tranchant. Gare au retour de manivelle…
 

François le Luc