fbpx

DRAME HISTORIQUE
Rodin ♠


 
Rodin est un film biographique ou biopic français, qui entend rendre hommage au sculpteur Rodin (1840-1917). L’année 2017 est celle du centenaire de sa mort. Elle est commémorée par ce film-hommage, du moins voulu tel, et une exposition au Grand-Palais, à Paris, qui a lieu actuellement. Cette exposition est hélas au moins à moitié dans le hors-sujet, en développant le point de vue farfelu selon lequel Rodin aurait été à l’origine de toutes les fantaisies en sculptures au XXème siècle, de Brancusi aux affreux et informes tas de ferrailles rouillées, exhibés très sérieusement au titre d’art contemporain. Dans les faits, Rodin a été certainement un très grand sculpteur. Il a développé un génie particulier, et assez unique. Lui-même se réclamait de la filiation de Michel-Ange, ce qui n’est pas une petite ambition. Il avait voulu faire passer des émotions dans sa sculpture, sans pour autant sombrer dans l’avant-gardisme par principe ou manie. Il a été exigeant envers lui-même, négociant au besoin pied à pied avec ses commanditaires publics ou privés, afin d’essayer, avec plus ou moins de succès, d’imposer son interprétation des programmes. Parfois, les commanditaires ont eu aussi de bonnes idées, participant à leur manière à la création de chefs d’œuvre : ainsi le Balzac de Rodin, dressé dans sa robe de chambre, est-il infiniment supérieur à l’idée initiale du sculpteur de nudité héroïque, avec un écrivain petit et fort gras, comme l’original…
 

Rodin ne convainc absolument pas

 
Le problème majeur du film est qu’il montre un peu l’artiste au travail, ce qui est intéressant, mais beaucoup trop la vie sentimentale, voire la vie sexuelle de Rodin. Dans la vie intime, Rodin a certainement été un débauché lamentable. Mais faut-il montrer un si triste spectacle au cinéma ? Nous ne le pensons pas. Il aurait suffi de rappeler en quelques scènes son cynisme atroce avec les dames, objet de consommation pour ses appétits déréglés et insatiables. En ont été victime sa célèbre disciple Camille Claudel, qui en est devenue folle, au sens strict, ainsi que tant de modèles ou de cuisinières…Le point de vue du film est en outre peu clair à ce sujet. Il nous a semblé quelque peu complaisant, l’artiste et l’homme étant célébrés d’un bloc, sa sensualité alimentant son art. Ceci n’est peut-être pas complètement faux, mais n’excuse rien…
 
Bref, ce Rodin ne nous a absolument pas convaincu. Le fait qu’il ne soit pas le plus mauvais des films ou téléfilms consacrés au personnage ne change rien à l’affaire.
 

Hector JOVIEN

 
Rodin drame historique film