fbpx

DRAME Testonota : une vie à l’étroit •


 
Tesnota : une vie à l’étroit est un drame kabarde. Ce film est donc une rareté extrême, faute de réalisateurs kabardes, et souffrant d’une diffusion restreinte. Les Kabardes habitent une République autonome dans le cadre de la Fédération de Russie, la Kabardino-Balkarie. Les Kabardes et Balkars sont des musulmans sunnites, mais ils s’apprécient peu, les Kabardes étant des Caucasiens et les Balkars des Turcs. Située sur le versant septentrional du Caucase, la Kabardino-Balkarie est voisine de l’Etat indépendant de Géorgie. Nous éprouvions une véritable curiosité bienveillante à l’idée de découvrir un film kabarde. Nous avons été déçu.
 
Tesnota : une vie à l’étroit est situé dans le temps au milieu des années 1990. L’époque est celle de la première guerre de Tchétchénie (1994-1996). Ces années sont aussi les pires de la décennie 90, marquée par l’effondrement économique général de la Russie. La vie y est partout difficile, et en particulier dans une république caucasienne isolée. Le film, une fiction inspirée de faits réels, s’intéresse au destin d’une famille de garagistes juifs de la petite métropole de la Kabardie, Naltchik. Le fils va se marier. La sœur, qui travaille au garage, a éconduit quelques mois plus tôt un prétendant issu de sa communauté, et fréquente un pompiste kabarde. Après un dîner de fiançailles officielles, le fils et sa promise sont enlevés par des bandits kabardes. Pour les revoir vivant, il faut payer une forte rançon. La police ne pourrait rien faire, faute de compétence ou de volonté, est-il avancé. Aussi, la famille se ruine-t-elle pour réunir la somme. Invitée par le rabbin, la communauté contribue aussi, avec plus ou moins de bonne volonté. La famille de l’ex-fiancé de la fille propose un marché : elle avancera une grosse somme permettant de réunir le montant astronomique exigé par les ravisseurs, à condition que la fille épouse leur fils. Celle-ci n’a aucune envie de céder à ce type de chantage, même si elle craint le pire pour son frère.
 

Tesnota : une vie à l’étroit déçoit largement

 
Tesnota : une vie à l’étroit est malheureusement traité de manière grossière. Le dilemme tragique est exprimé par des actions ou des propos grossiers. Il s’agit sûrement de faire « réaliste » mais la réalisation n’est pas à la hauteur de cette intention. En outre les cassettes vidéos de propagande tchétchène montrant les violences physiques et psychologiques insoutenables et les massacres de soldats russes prisonniers, appréciées par les jeunes hommes kabardes de l’époque, sont montrées.
 
Qu’a voulu dire le réalisateur Kantemir Balagov en faisant pareille publicité pour son peuple et sa patrie ? Tout n’est pas absolument mauvais dans Tesnota : une vie à l’étroit, mais le film, réservé de toute façon à des adultes très avertis, déçoit quand même largement.
 

Hector JOVIEN

 
Tesnota vie étroit Drame Film