fbpx

En Angleterre, de nombreuses femmes rêvent encore de rejoindre l’Etat Islamique

Angleterre femmes Etat Islamique
 
Les bordels de l’Etat Islamiques tenus par des femmes « anglaises » ont fait la Une des médias en septembre : depuis la situation n’a fait qu’empirer.
 

En Angleterre, l’Etat Islamique fait rêver les jeunes filles

 
« Des centaines. Je rencontre chaque jour des filles qui me disent : « je veux à tout prix aller là-bas mais c’est terriblement difficile pour moi » raconte Melanie Sminth, qui travaille pour le Centre International des études sur la radicalisation du King’s College. Avant de soupirer : « La proportion de filles qui passent réellement de la parole aux actes est faible. Mais il y a tant de gens qui veulent les rejoindre, c’est assez accablant ».
 
Elle a surveillé ainsi Aqsa Mahmood, jeune fille de 20 ans qui habitait Glasgow jusqu’à ce qu’elle se marie l’an dernier avec l’un des responsables de l’Etat Islamique. Elle dirige depuis la brigade al-Khanssaa, une milice féminine qui s’occupe d’un bordel d’esclaves sexuelles essentiellement peuplé de femmes yézidis âgées de 18 à 24 ans…
 

Les femmes à la cuisine

 
Le nombre de femmes augmente et le groupe islamiste a récemment créé une agence féminine officielle de recrutement, qui vient de publier un livre de cuisine pour apprendre aux candidates à devenir de bonnes épouses de djihadistes.
 
Ces femmes de l’Etat Islamique utilisent ensuite les réseaux sociaux comme moyen de recrutement auprès des occidentales… Les tweets échangés montrent notamment une image idyllique de la famille qu’elles pourraient avoir en rejoignant l’Etat Islamique.
 
Les experts occidentaux pensent à l’inverse que ces occidentales subissent violences et abus.