Intelligence artificielle : un algorithme pour créer des discours politiques

discours politiques algorithme Intelligence artificielle

Un robot créera-t-il bientôt tous les discours politiques à venir ?


 
Ils ont leurs tics de langage, leurs mots clefs, leurs passages obligés : les discours des hommes politiques se suivent et se ressemblent, à coloration politique égale. C’est ce qui a poussé Valentin Kassarnig de l’université de Massachussetts Amherst à créer un algorithme pour un robot doué d’intelligence artificielle qui peut créer de toutes pièces des speeches politiques tout à fait convaincants.
 
Après avoir étudié les formules employées communément par les politiciens – ou plutôt « la » formule – le chercheur a fignolé un programme qui permet d’en pondre de toutes sortes, des programmes : déclarations d’intention ou dénonciations des projets des adversaires, il tient compte des convictions et des projets des uns et des autres et produit des résultats qui ressemblent à s’y méprendre à un vrai discours d’orateur de droite ou de gauche, au choix.
 

L’intelligence artificielle suffit bien pour écrire un discours politique

 
« Nous présentons un système qui peut générer des allocutions politiques pour un parti politique donné. De plus, le système permet de spécifier si le discours doit soutenir ou dénoncer une opinion donnée », explique Kassarnig.
 
L’algorithme a été développé à partir de 4.000 discours réels récoltés à partir de 53 débats au Congrès. En isolant 50.000 phrases d’une moyenne de 23 mots, il a pu créer une base de données « intelligente » où l’appartenance politique était intégrée tout comme l’orientation du discours.
 
Après l’essai de diverses techniques, il a penché pour celle du n-gramme qui analyse des séquences de lettres, de mots et de phrases et permet de prédire le prochain mot après une série de cinq, selon des calculs de probabilité. A partir de là, le discours coule quasiment de source… D’autant que son algorithme tient compte de la correction grammaticale et de la cohérence textuelle du « discours » produit. Le plus important pour obtenir un bon résultat est que le texte respecte la grammaire et que la transition d’une phrase à l’autre soit bonne.
 
De là à dire que les discours assistés par ordinateur sont meilleurs que ceux de certains hommes politiques il y a un pas que bien des électeurs n’hésiteront pas à franchir… Même si les hommes politiques, eux, n’y auront pas recours selon leur inventeur.
 

Un algorithme développé pour crée la rhétorique de droite ou de gauche

 
En revanche, il voit bien son outil intéresser des producteurs d’informations ou de messages de blog.
 
Tout le code source du programme a été mis en ligne et n’importe quel internaute – anglophone bien entendu – peut s’y essayer.
 
C’est au fond une application contemporaine de ce que les Romains de l’Antiquité assuraient déjà : nihil novum sub sole. Elle jette une lumière crue sur nos « démocraties avancées » : marcheraient-elles à l’écriture automatique ?
 

Anne Dolhein