fbpx

Espagne : le Partido Popular, de « droite », propose un programme scolaire de formation sur la normalité des mineurs transsexuels en Andalousie

normalité mineurs transsexuels programme scolaire Partido Popular Andalousie Espagne
 
Le Partido Popular, ou PP, est censé être un parti de droite ; c’est le mouvement politique conservateur bon teint en Espagne. Mais il a cédé sur tout, depuis l’avortement jusqu’à la mise en œuvre de l’idéologie du genre. Sa plus récente trahison prend carrément la forme d’une initiative, puisque le PP vient de présenter une résolution au parlement d’Andalousie visant à imposer un plan d’information et de formation sur la « diversité sexuelle » et le genre à l’école. Le programme scolaire vise spécialement à faire reconnaître la « normalité » du transsexualisme chez les mineurs.
 
Le Partido Popular devance ainsi la majorité socialiste andalouse qui fait pourtant partie des plus actives en Espagne dans le domaine de la déconstruction sexuelle.
 
Les responsables PP viennent de diffuser une note indiquant que cette initiative était déjà prévue dans la « loi intégrale pour la non-discrimination en raison de l’identité de genre et pour la reconnaissance des droits des personnes transsexuelles d’Andalousie », mais qu’elle n’a toujours pas été mise en œuvre.
 

Le Partido Popular veut un programme scolaire qui fasse reconnaître la « normalité » des transsexuels

 
Plusieurs responsables PP ont décidé de remédier à cet état de fait après s’être réunis avec l’association « Chrysallis » composée de familles comportant des enfants et des adolescents transsexuels, qui veulent faire prendre conscience des « barrières et des difficultés rencontrées par les mineurs transsexuels ». A l’issue de ces rencontres, les « Populaires » ont estimé qu’il était nécessaire de former l’ensemble des communautés impliquées dans l’école au thème de l’identité de genre : les professeurs et les parents et même les enfants, et ce « en vue d’éviter et de lutter contre les situations d’inégalité et d’intolérance qui, hélas, existent toujours ».
 

L’Andalousie, fer de lance de l’idéologie du genre en Espagne : 500 mineurs transsexuels à Séville ?

 
Ils présentent cela comme un devoir de justice et d’humanité qui s’imposerait aux différentes administrations publiques pour venir en aide aux jeunes « naissant avec cette condition » et qui, par le fait de la « désinformation », sont en difficulté à l’école, que ce soit avec leurs camarades ou avec les professeurs. Des mineurs transsexuels, il y en aurait un demi-millier dans la seule ville de Séville…
 
C’est donc le Partido Popular qui demande une reconnaissance sans condition de l’identité sexuelle affirmée par ces jeunes, y compris à travers l’acceptation du changement de nom à l’école. Le parti entend également mener des actions à fin de mettre en place des initiatives de soutien à la « normalité » des transsexuels dans l’ensemble des mairies d’Andalousie.
 

Anne Dolhein