fbpx

Nouvelles tensions sur le pétrole : la fin de l’OPEP ?

tensions pétrole fin OPEP
 
Il n’y a plus de cartel de l’OPEP (Organisation des pays producteurs de pétrole), c’est la « fin », le baril de brut va s’effondrer aux alentours de 50 $, assure la Bank of America. Les tensions sur le pétrole vont éliminer peu à peu les producteurs les moins solides et les bouleversements profonds du marché de l’énergie promettent un gaz liquide encore moins cher, selon Francisco Blanch, spécialiste des matières premières pour cette banque.
 

La fin de l’OPEP et la liberté des prix du pétrole

 
Il annonce une véritable liberté des prix du pétrole qui jouera en faveur de l’Arabie Saoudite au détriment de pays aux portefeuilles moins remplis comme le Venezuela ou le Nigeria, assure l’expert. Contrairement à Citigroup, BoA annonce également un effondrement des compagnies américaines qui exploitent le gaz de schiste dont plus de la moitié, selon la banque, pourraient être contraintes à l’arrêt de production avec des prix de vente inférieurs aux coûts d’extraction.
 

Les tensions pèsent sur la Russie

 
L’idée semble être quand même de faire comprendre à la Russie que bientôt, l’Europe n’aura plus besoin de son gaz, vu les capacités de production et d’acheminement par ailleurs.
 
Que prépare l’actuelle surproduction ? Un scénario inverse de pénurie qui pourrait faire remonter les prix du baril de pétrole brut à 80 ou 90 $ pour « la deuxième moitié de l’année prochaine ». En attendant, des liquidités sont libérées par la chute du coût de l’énergie. Est-ce bon pour l’économie ? La situation est trop complexe pour le dire : la chute des cours du pétrole peut pousser des pays à la crise, avec des répercussions mondiales.
 

Pétrole et banques centrales

 
Encore une fois, ce seront les banques centrales qui feront alors la différence : soutenir ou ne pas soutenir ? La Fed américaine semble décidée à le faire de moins en moins, à l’heure où l’économie mondiale est de plus en plus dépendante des interventions des banques centrales par les « stimulus » et autres injections de liquidités. Selon Bank of America, le monde y est devenu « accro » : 56% du PIB mondial est aujourd’hui soutenu par des taux d’intérêt à zéro pourcent, ainsi que 83% des actions et obligations flottantes sur les marchés mondiaux.