fbpx

Elon Musk, fondateur de Paypal : « intelligence artificielle, danger imminent ! »

Elon Musk Fondateur de Paypal Intelligence artificielle Danger imminent
 
Elon Musk, le fondateur de PayPal, de Tesla Motors et de Space X a récemment acquis plusieurs sociétés qui travaillent sur l’intelligence artificielle afin de pouvoir observer l’évolution de cette recherche de près. Et son constat est alarmant : l’intelligence artificielle est un danger imminent, qui pourrait s’actualiser d’ici cinq à dix ans, affirme-t-il.
 
Il aimerait en conséquence que les grandes sociétés d’intelligence artificielle prennent des précautions pour être sûres d’être toujours en mesure de maîtriser leurs projets… Selon lui, ces entreprises reconnaissent le danger imminent sans prendre pour autant les décisions nécessaires à y parer, pêchant par orgueil et persuadées qu’elles sont de conserver en toute occasion la maîtrise de ces « super-intelligences numériques ». Aussi les adjure-t-il de faire en sorte que ces spécimens de « mauvaise intelligence artificielle » ne puissent « s’échapper » sur internet et provoquer une catastrophe irrémédiable.
 

Elon Musk veilleur de l’intelligence artificielle

 
Elon Musk sait que ses inquiétudes peuvent sembler étranges à un public non averti mais connaît le sujet et confie que le scénario de Terminator pourrait devenir réel. Il serait alors trop tard pour échapper à ces « démons », potentiellement plus dangereux encore que les armes nucléaires.
 
Une récente découverte en matière d’intelligence artificielle corrobore les inquiétudes du fondateur de Paypal.
 

Un danger imminent

 
Aux Etats-Unis des biologistes et des informaticiens ont réussi à reproduire le cerveau d’un ver sous la forme d’un robot en copiant simplement les connections neuronales de l’animal. Le réseau de neurones n’a pas été programmé mais simplement copié, et les scientifiques ont constaté que le robot se comportait pourtant exactement comme un vrai ver…
 
Le ver n’a que 302 neurones et quelques 7.000 connexions nerveuses alors que l’homme possède 86 milliards de neurones et quelques 100 billions de connexions. Il reste du travail, mais la technique est lancée.