fbpx

Génération virtuelle : la moitié des enfants britanniques n’ont même pas pris le bus

Generation virtuelle enfants britanniques bus
 
Choyés, protégés, égocentrés : c’est ainsi qu’apparaissent les petits Britanniques nés aux alentours de 2001. Une étude subventionnée par les pouvoirs publics au Royaume-Uni, le Millennium Cohort Study, s’intéresse à la vie de 13.000 gamins d’année en année, et révèle déjà des données ahurissantes.
 

La fin des bus à impériale ?

 
Ainsi 48% des enfants qui ont aujourd’hui 11 ans n’ont jamais pris un transport en commun, bus, tram ou train, même avec un adulte : la voiture familiale, c’est tellement plus confortable ! Et cette génération virtuelle passe le temps gagné devant les écrans de toutes sortes.
 

Un enfant britannique sur six passe plus de trois heures par jour devant un écran

 
Un enfant sur six passe au moins trois heures par jour devant un ordinateur ou un écran de télévision ; les plus accros sont à sept heures par jour. 60% de ces enfants de 11 ans disposent d’une télévision dans leur chambre à coucher.
 

Génération virtuelle : des enfants sans liberté

 
Les rapports entre copains sont eux aussi de plus en plus virtuels. 75% ont leur propre téléphone portable – alors même qu’ils ne sortent guère seuls – et la moitié de leurs échanges avec les amis se font par SMS ou via les réseaux sociaux, notamment avec des amis qu’ils n’ont jamais rencontrés dans la réalité. Les réseaux sociaux « jouent un rôle central » dans la vie de la plupart, annonce l’étude.
 
Cette liberté virtuelle – de tous les dangers – est contrebalancée par une vie de plus en plus surveillée. Un peu plus de 50% des garçons, et 44% des filles ont le droit de sortir seuls à pied. On retrouve les mêmes proportions pour les enfants habituellement autorisés à jouer avec des amis sans surveillance ; dans 25% des familles, cette autorisation n’est jamais donnée.
 
29% des familles ont avoué avoir « fréquemment des conflits » avec leurs enfants de 11 ans.
 
52% des enfants interrogés se sont dits « complètement heureux ». L’histoire ne dit pas si ce sont ceux qui ont pris le train…