fbpx

Les hautes technologies militaires, priorité de la Chine pour dépasser les Etats-Unis et dominer le monde

hautes technologies militaires priorité Chine Etats Unis dépasser
 
La Chine « rattrape rapidement son retard » sur les Etats-Unis en matière d’intelligence artificielle (AI), de robotique et d’informatique quantique, a mis en garde William Carter, expert du Centre américain d’études internationales et stratégiques (CSIS), qui relève que la dictature communiste a lancé un plan pour dépasser les Américains dans ces domaines-clés. Dans un texte écrit pour être présenté à une sous-commission de la Chambre des représentants à Washington, William Carter affirme que la Chine « vise à développer des capacités informatiques offensives, des armes antisatellites, des outils de guerre électronique, des armes hypersoniques, de l’intelligence artificielle et des technologies quantiques, tous éléments qu’elle considère comme essentiels pour permettre à son Armée populaire de libération (APL) de gagner les guerres de l’avenir ». Selon Carter, Pékin a réalisé des « progrès significatifs » dans tous ces domaines de la haute technologie dont elle a fait une priorité, et menace dangereusement l’avance des Etats-Unis dans sa course pour les dépasser et dominer le monde.
 

Selon William Carter, la Chine a identifié les satellites comme le « talon d’Achille » de l’armée américaine

 
La Chine a identifié les satellites comme le « talon d’Achille » de l’armée américaine. Selon William Carter, la Chine est d’ores et déjà « capable d’interrompre, de dégrader voir de détruire l’infrastructure de technologies d’information et de communication (ICT) dont dépendent » les armées des Etats-Unis, principalement les satellites. De cette façon, les hiérarques du parti communiste pourraient paralyser presque totalement les forces armées américaines. « On pourra toujours avoir des avions de transport, blindés ou missiles meilleurs ou plus nombreux que l’APL : sans accès aux données et sans connectivité, de nombreux systèmes deviennent inefficaces voire inutilisables », a insisté Carter.
 
« L’armée chinoise a testé une série d’armes antisatellites, parmi lesquelles des véhicules au sol de frappe cinétique, des armes à énergie dirigée, des méthodes de brouillage et de leurrage et des satellites tueurs conçus pour désactiver ou en détruire d’autres sur orbite », détaille Carter. L’APL a développé ses capacités de guerre électronique, testé ses aptitudes à brouiller des radars et des communications et à leurrer les systèmes GPS, ajoute-t-il, estimant que la Chine a aussi développé des outils d’offensive cybernétique parmi les plus sophistiqués au monde, égalisant voire dépassant les capacités des Etats-Unis.
 

Intelligence artificielle, robotique, miniaturisation, connectivité universelle, informatique quantique pour dépasser les Etats-Unis

 
Pékin, selon cette communication devant les élus américains, « a développé un plan national stratégique – en fait, ils sont plusieurs – pour dépasser (les Etats-Unis) dans la course au contrôle des nouvelles technologies et à leur militarisation ». Ces nouvelles technologies sont l’intelligence artificielle, la robotique, la miniaturisation, la connectivité universelle et l’informatique quantique. « La stratégie de la Chine ne consiste pas seulement à exploiter les faiblesses de nos technologies militaires mais à développer son propre secteur de haute technologie, innovant et dynamique, afin de dominer la prochaine génération de procédés civils et militaires, particulièrement l’AI », poursuit Carter. « Elle entend mobiliser les innovations aussi bien commerciales que militaires afin de nourrir chacune l’une de l’autre et de construire une puissance tant économique que militaire », ajoute-t-il, citant en particulier l’AI et le domaine quantique dans lesquels les Chinois ne se contentent plus de reproduire mais deviennent « des innovateurs ».
 

Les hautes technologies militaires sont une priorité de l’armée en Chine

 
Selon William Carter, la Chine est à quasi-égalité avec les Américains en intelligence artificielle et elle les a déjà dépassés dans le domaine de l’informatique quantique, même si cette dernière est difficilement… quantifiable aux Etats-Unis, car elle y est classée dans le domaine réservé. Carter s’inquiète : « Un certain nombre de chercheurs américains ont noté récemment que les Etats-Unis semblent décrocher, si on prend en compte le volontarisme du gouvernement chinois qui finance massivement les initiatives dans le domaine quantique. » Une stratégie nationale s’impose donc aux Américains, selon lui.
 
Le Pentagone « devrait investir dans une nouvelle génération de systèmes de combat qui profiterait du plein potentiel de l’AI, y compris à travers les développements futurs des armes létales dotées d’AI capables d’opérer sans intervention humaine », a suggéré William Carter aux représentants, prévenant que « la Russie, l’Iran et la Corée du Nord, entre autres, ont constaté les mêmes faiblesses et vulnérabilités que les Chinois » dans la politique américaine de sécurité. « Pour faire face avec efficacité à la série de menaces pesant sur les Etats-Unis, nous ne devons pas nous en tenir au seul objectif de battre la Chine mais travailler sur l’accroissement de notre force et de notre agilité dans les domaines technologiques », a conclu William Carter.
 

Matthieu Lenoir