A Séville, l’Espagne met au jour un trésor romain

Séville Espagne trésor romain

Plusieurs amphores encore scellées.


 
Dix-neuf amphores romaines datant du IVème siècle de notre ère, et contenant 600 kilos de bronze et de pièces ont été découvertes à Tomarès, près de Séville en Espagne. C’est en creusant pour monter une installation électrique dans un parc que les ouvriers affectés à ce chantier ont découvert ce trésor, dont la valeur est estimée pour l’heure à plusieurs millions d’euros.
 
Le trésor se constitue donc de dix-neuf amphores remplies de pièces de bronze datant du IIIe et IVe siècle. Selon les estimations des spécialistes qui se sont penchés sur cette découverte, cette monnaie pourrait provenir d’une taxe collectée par l’armée à cette époque.
 

Un trésor découvert à Séville

 
C’est à l’occasion de travaux sur des canalisations à Tomarès, une petite ville de quelque 25.000 habitants, située dans la province de Séville, que les ouvriers ont découvert ces amphores, qui constituent, en dehors d’une valeur pécuniaire qui reste à préciser, un trésor d’une grande valeur historique, ont annoncé jeudi les autorités locales.
 
« C’est un ensemble unique, et il y a très peu de cas similaires », a déclaré lors d’une conférence de presse Ana Navarro, la directrice du Musée archéologique de Séville, où ces vestiges ont été entreposés.
 
« Nous n’en connaissons pas d’autre qui date du Bas-Empire romain », a-t-elle précisé, en expliquant que ces amphores découvertes dans un village de la province de Séville contenaient 600 kilos de pièces en bronze datant du IIIe ou du IVe siècle, paraissant comme neuves.
 
Ana Navarro n’a pas voulu se risquer à une estimation précise, mais a tout de même estimé que la valeur totale de cette découverte atteindrait « certainement plusieurs millions d’euros ». Les monnaies, romaines, a-t-elle en outre indiqué, sont frappées d’inscriptions correspondant aux empereurs Maximin et Constantin, et semblent n’avoir jamais été utilisées.
 

Le passé romain de l’Espagne

 
« Il est probable que certaines ont un bain d’argent, et pas seulement de bronze », a-t-elle encore ajouté. Pour la responsable du Musée archéologique de Séville, toutes sortes d’hypothèses peuvent être envisagées sur leur usage et leur destination. Mais le plus probable, estime-t-elle, est que ces monnaies étaient destinées à rémunérer des fonctionnaires ou des soldats.
 
Sur les dix-neuf amphores retrouvées au total, neuf sont absolument intactes.
 
L’élément historique n’est sans doute pas moins important que la question de la valeur effective de ce trésor. On sait que les premières légions romaines ont atteint la péninsule ibérique en 218. Les Romains ont ensuite dominé le pays jusqu’au début du Ve siècle, avant d’être chassés à cette époque par les Wisigoths.
 
Les travaux ont été suspendus pour permettre davantage de fouilles, dans l’espoir de découvrir d’autres éléments d’un trésor plus vaste…
 

François le Luc

 

Séville Espagne trésor romain

Est-ce là Constantin ?