fbpx

Face aux protestations, Google lève la censure sur une vidéo du gouvernement polonais défendant sa politique anti-immigration

immigration gouvernement polonais Google Censure vidéo
 
« L’Europe ouvre les yeux et nous donne raison ». Tel est le titre provocateur d’une vidéo publiée le 17 novembre dernier sur le compte YouTube du ministère de l’Intérieur de la Pologne. Une vidéo sous-titrée en anglais dans laquelle le gouvernement polonais explique qu’il a eu bien raison de refuser de prendre des immigrants dans le cadre de la politique de relocalisation voulue par l’Union européenne, dans la mesure où peu d’entre eux sont de véritables réfugiés et où certains sont en fait des terroristes : on peut la visionner ici.
 
Il n’en fallait pas plus pour que des usagers de la plateforme de vidéos en ligne du géant Google se plaignent de son contenu supposément raciste et haineux. Sans aller jusqu’à bloquer cette vidéo, YouTube s’est empressé de la mettre en quarantaine, dans ce que l’on surnomme le « Goolag », c’est-à-dire le goulag (« gulag » en anglais) de Google. Les vidéos YouTube envoyées au goulag peuvent encore être visualisées, mais elles sont précédées d’un avertissement et certaines fonctionnalités comme les commentaires, le partage sur les réseaux sociaux et l’affichage du nombre de vues sont désactivées pour en limiter la diffusion. Ces vidéos n’apparaissent par ailleurs plus dans les résultats des recherches sur Google ou YouTube, et il faut cliquer sur un lien direct à une telle vidéo pour la trouver.
 

Puisque la vidéo du gouvernement polonais ne remplit aucun des critères officiels de blocage par Google, il ne peut s’agir que d’une censure politique

 
Une entreprise de la Silicone Valley qui envoie au goulag les publications du gouvernement d’un pays qui croyait s’être débarrassé du communisme il y a 27 ans, c’est plutôt fort de café, et les réactions ont été nombreuses sur les réseaux sociaux pour critiquer la décision des censeurs.
 
Cette vidéo ne contient en effet aucune affirmation que l’on pourrait qualifier de fausse ou diffamatoire. Dans cette vidéo, le gouvernement polonais rappelle les vagues d’immigration record qui traversent l’Europe depuis quatre ans. Il rappelle aussi qu’il est revenu sur la décision du gouvernement précédent en refusant de faire venir en Pologne des immigrants du Moyen-Orient et d’Afrique dans le cadre des quotas de relocalisation de l’UE. Il rappelle encore qu’il avait prévenu que beaucoup de ces immigrants n’étaient pas des réfugiés et qu’il y avait aussi parmi eux des terroristes, ce que les événements ont confirmé. On y entend le ministre de l’Intérieur affirmant dans une interview que les attaques terroristes de ces derniers temps sont liées aux décennies de multiculturalisme et de politiquement correct en Europe occidentale. La vidéo affirme encore que les leaders de l’UE ont été complètement dépassés par l’ampleur de l’immigration, et elle vante ensuite la politique responsable du gouvernement polonais. Avant de conclure que les dirigeants de l’UE sont en train d’évoluer et de donner raison au gouvernement polonais.
 

Google veut-il interdire toute critique des politiques d’immigration ?

 
On peut être d’accord ou pas avec le contenu et le style de cette vidéo, mais la censure appliquée par Google ne s’explique pas par ses critères officiels d’envoi au Goolag. Les protestations contre cette censure du politiquement correct californien semblent toutefois avoir porté leurs fruits, au moins provisoirement, puisque la vidéo du ministre de l’Intérieur était à nouveau accessible ce matin sans limitation. Pour combien de temps ?
 

Olivier Bault