fbpx

Liban : retour sur l’assassinat de Bechir Gemayel

Liban retour assassinat Bechir Gemayel
 
Un Libanais a été condamné vendredi par contumace pour l’assassinat, le 14 septembre 1982, à Beyrouth, du président Bachir Gemayel, et de vingt-trois autres personnes. Habib al-Chartouni, membre du Parti national social syrien (PNSS), est en effet accusé d’avoir déposé la bombe qui a tué Bechir Gemayel.
 
La Cour de justice, qui traite les atteintes à la sûreté de l’Etat, l’a condamné à la peine capitale « pour meurtre avec préméditation ». Une condamnation par contumace, Habib al-Chartouni étant en fuite depuis 1990, après s’être évadé de la prison où il avait passé huit ans sans jugement.
 
Un autre Libanais, Nabil al-Alam, donné pour mort par les médias libanais depuis 2014, a également été condamné à mort par contumace pour « meurtre avec préméditation ». Cet ancien responsable du PNSS est en effet accusé d’avoir commandité l’assassinat du président Bechir Gemayel, tué vingt jours après avoir été élu.
 
Après le verdict, des proches de Bechir ont scandé : « Bechir est vivant en nous ! »
 
Quant à son épouse, elle a déclaré : « Ce verdict nous donne espoir que justice sera rendue à tous les martyrs de la cause et aux martyrs de la Révolution du cèdre. »