La Russie de Poutine frustrée par le manque de « communication significative » avec les Etats-Unis de Trump

Russie Poutine manque communication significative Etats Unis Trump

Dmitry Peskov


 
Un porte-parole du Kremlin vient de déclarer à CNN que l’arrivée de Donald Trump au pouvoir aux Etats-Unis n’a pas fondamentalement modifié leurs rapports avec la Russie. Il semblerait même que celle-ci soit « frustrée » par le manque d’avancées, alors que, candidat, Trump semblait annoncer un changement d’attitude par rapport à la politique d’Obama. Il y a eu « peu de communication significative entre Washington et Moscou », a déclaré Dmitry Peskov au nom du Kremlin.
 
L’idée, volontiers avancée par ses adversaires, que Trump allait faire des Etats-Unis un allié de la Russie n’a donc pas été confirmée. La Russie, elle, espérait à tout le moins une rapide annulation des sanctions économiques imposées à la suite de l’annexion de la Crimée et plus largement de la politique russe en Ukraine.
 

La Russie évoque un manque de communication significative avec Trump

 
Où en est donc Donald Trump dans cette affaire ? Il vient de déclarer à Fox News, à propos de Vladimir Poutine : « Eh bien, je respecte beaucoup de gens mais cela ne signifie pas que je vais m’entendre avec lui. Il est un leader de son pays. Je dis qu’il vaut mieux s’entendre avec la Russie que l’inverse. Et si la Russie nous aide à combattre l’Etat islamique, et c’est un combat majeur, ainsi que le terrorisme islamique partout dans le monde, c’est une bonne chose. Vais-je m’entendre avec lui ? Je n’en ai aucune idée. »
 
En l’absence de dégel rapide dans les relations entre la Russie et les Etats-Unis, on peut en tout cas conclure soit à un très habile jeu de scène, soit à l’absence de rôle de la Russie dans l’élection de l’outsider antimondialiste – hypothèse tout de même la plus probable. Car la Russie de Poutine, quelles que soient les apparences, ne rechigne pas à participer à la mise en place d’organisations supranationales de même ordre que l’Union européenne, telle l’Union eurasiatique, alors que Trump a déjà retiré les Etats-Unis du TPP et de TAFTA.
 

Les Etats-Unis de Trump ne se sont pas rapprochés de Poutine

 
Beaucoup d’encre a coulé à propos du coup de fil entre Donald Trump et Vladimir Poutine peu après l’inauguration de la nouvelle présidence. Mais il semble avoir été plus formel qu’autre chose, Poutine présentant ses félicitations avant que les deux hommes s’entretiennent très brièvement des relations entre leurs deux pays. Bilan : nul.
 
Cela ne veut pas dire que la Russie et les Etats-Unis n’arriveront pas à une forme d’accord sur les deux dossiers brûlants qui les opposent : l’Ukraine et la Syrie. Mais ce sera sans doute moins par affinité que par pragmatisme.
 

Anne Dolhein