fbpx

COMEDIE The Disaster Artist ♥♥


 
The Disaster Artist, soit L’artiste calamiteux en français, est une comédie américaine, pour adultes, qui possède le mérite d’être franchement drôle. Nous avons ri de bon cœur à certaines scènes, plaisir trop rare au cinéma.
 
Un apprenti-acteur de dix-neuf ans, Greg Sestero (Dave Franco), fort peu doué, car fondamentalement bien trop timide, petit physiquement, fait la rencontre d’un condisciple de son cours de théâtre à San Francisco. Celui-ci, grand, aux cheveux longs, Tommy Wiseau, n’est, lui, absolument pas complexé : il hurle, court, se débat, se donne vraiment en spectacle. L’enthousiasme ne fait pas forcément le talent. Mais, bien naïf, Greg ne le remarque pas. Une amitié naît rapidement entre ces deux acteurs peu doués L’audacieux est en fait très riche, roule en voiture de luxe. Il s’exprime parfois en anglais avec un accent slave bizarre ; il vient certainement de l’Est de l’Europe, et non des bayous de Louisiane, comme il le prétend. Il n’a aucunement l’accent français et le public francophone peut particulièrement s’en rendre compte. Il serait en fait d’origine polonaise, mais soutient mordicus venir des environs de la Nouvelle-Orléans et s’appeler Wiseau. Il invite son nouvel ami dans son appartement à Los Angeles. Ils ambitionnent de jouer dans des films à Hollywood. Durant une année, ni l’un ni l’autre ne trouvent un rôle, même des plus secondaires, dans un film ou un feuilleton. Wiseau, très orgueilleux, refuse même les rôles fantastiques faciles qu’on pourrait lui proposer, et pour lésquels il a la tête de l’emploi.
 

The Disaster Artist rend hommage à une extravagance cinématographique célèbre

 
Aussi Wiseau décide-t-il de réaliser son propre film. Il n’a aucune compétence, ni pour l’écriture du scénario, ni pour la réalisation, ni pour le jeu d’acteur…Néanmoins, il sera acteur principal, réalisateur, producteur… Aux Etats-Unis, avec de l’argent, on peut décidément tout faire. La deuxième grosse partie du film reconstitue donc un tournage des plus baroques, celui du film « The Room » (la pièce). Contre toute attente, le film sera achevé, monté, et même distribué – modestement – en 2003, le tout pour près de 10 millions de dollars…Le résultat est catastrophique, mais à un point tel que c’en est prodigieux, et drôle involontairement. Nous recommandons aux spectateurs de rester jusqu’au générique de fin du film, qui propose une superposition des scènes authentiques de « The Room » et leur fidèle reconstitution dans le film.
 
The Disaster Artist rend hommage à une extravagance cinématographique historique, devenue particulièrement célèbre aux Etats-Unis. Les connaisseurs du cinéma seront particulièrement amusés par cette comédie, où s’accumulent comme à dessein, toutes les erreurs à ne pas commettre dans un film. The Disaster Artist est aussi un beau film sur l’amitié et un portrait réussi d’un maniaque, parfois colérique mais pas méchant au fond, ce fameux Wiseau.
 

Hector JOVIEN