Viols de Cologne : l’enquête est ouverte… contre les policiers qui ont parlé

Viols Cologne enquête contre policiers parlé

Des agents de police surveillent le parvis de la gare centrale, à Cologne (Allemagne), le 10 janvier 2016.


 
Selon des informations obtenues par le Süddeutsche Zeitung, la police de Cologne a ouvert plusieurs enquêtes contre des policiers fédéraux pour violation du secret professionnel. Leur crime ? Avoir parlé sur les réseaux sociaux de la nature et l’étendue des agressions sexuelles et des viols de la nuit de la Saint-Sylvestre. Et pire encore, d’avoir suscité un débat sur l’accueil des migrants.
 
C’est le 4 janvier qu’un premier policier fédéral a vendu la mèche. Il faisait partie de ceux qui étaient intervenus autour de la gare de Cologne, tentant en vain de s’opposer à une foule d’hommes ivres qui s’en donnaient à cœur joie contre des femmes qui – seules ou accompagnées – rentraient chez elles après avoir fête la nouvelle année. Il a décrit ce qu’il a vu, c’est sa seule faute…
 

Viols de Cologne : le plus urgent est donc de punir ceux qui ont parlé !

 
Il a raconté comment de nombreuses femmes et jeunes filles en pleurs, choquées, s’approchèrent des policiers déployés sur place en leur parlant d’agressions sexuelles. « Des groupes de migrants masculins se sont livrés à des actes de harcèlement [sexuel]  », écrivait-il. C’est ce même policier qui rapportait les paroles de certains d’entre eux : « Je suis Syrien, vous devez me traiter aimablement ! Mme Merkel m’a invité. »
 
C’est lui, le premier « lanceur d’alerte » qui a fait basculer la discussion sur les « réfugiés » en Allemagne. Son message a dû être partagé des millions de fois sur les réseaux sociaux, affirme le Südddeutsche Zeitung. Bien des Allemands voient en lui un héros, parce qu’il a décrit la réalité telle qu’il l’avait vue, sans se soucier du politiquement correct à propos des nationalités des agresseurs.
 
Un porte-parole du procureur de Cologne vient de confirmer qu’une enquête interne est en cours au sein de la police pour déterminer s’il s’agit d’une violation du secret professionnel, et notamment comment un « rapport interne » d’un gradé a pu ainsi fuiter. Un rapport qui précisait – détail insupportable – que la « grande majorité » des personnes contrôlées cette nuit-là avaient fourni pour s’identifier leur document d’enregistrement comme demandeurs d’asile. Leur nationalité était également révélée.
 

Enquête contre les policiers après les viols de Cologne

 
L’image concrète de cette nuit du Nouvel An s’est ainsi imposée dans les esprits – et les autorités politiques s’en sont trouvées mises en cause, à commencer par le ministre de l’Intérieur du Länd de Rhénanie-Westphalie, Ralf Jäger. Raillé pour son impuissance face aux événements, il a ensuite décidé d’en faire porter la responsabilité par la police de Cologne. Les révélations faites par les « lanceurs d’alerte » brossent un autre tableau, où le large accueil aux migrants prend une première place fort gênante pour les responsables politiques. Et la tension s’est accrue, aussi bien à l’intérieur de la police que dans ses rapports avec le pouvoir.
 
Pour l’heure, il a été indiqué que les résultats de l’enquête interne ne seront pas rendus publics. Craint-on de nouvelles révélations gênantes ?
 

Anne Dolhein